FO défend le pouvoir d’achat des salariés de chez Brammer

Commerce par Employés et Cadres

Communiqué de la Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière – Section fédérale du Commerce & VRP

Le groupe Rubix, 8 500 salariés en Europe, est composé de nombreuses sociétés spécialisées dans le négoce de fournitures industrielles, acquises ces 2 dernières années par le fonds d’investissement Advent International.

En France, Rubix est présent à travers deux enseignes : Brammer (400 salariés) et Orexad (2 200 salariés) qui sont rattachées à la même direction.

Les NAO 2019 se sont donc déroulées de la même façon. Depuis plusieurs années chez Orexad avec la bénédiction d’une organisation syndicale majoritaire, la direction a supprimé les augmentations générales destinées à préserver le pouvoir d’achat et propose une augmentation de 2% de la masse salariale répartie sous forme d’augmentations individuelles. Aucun contrôle n’étant possible, la direction se réserve ainsi la possibilité de distribuer ou pas les augmentations annoncées et d’utiliser le salaire de base qui est la contrepartie du travail, comme un outil de management.

Après 2 ans sans augmentation générale et une perte de pouvoir d’achat de 3 %, les syndicats FO et CGT majoritaires chez Brammer revendiquent 100 euros d’augmentation pour tous les salariés. Cette augmentation qui rentre dans le budget prévu par la direction, permet de retrouver le pouvoir d’achat perdu et de réduire les écarts de salaires très importants dans l’entreprise.

Face au refus de la direction de négocier sur cette base, les syndicats FO et CGT ont déclenché un mouvement de grève le jeudi 14 février.

Employés et Cadres Secrétaire Général

Sur le même sujet

NAO Transport Routier de Marchandises 2020 : la grande désillusion, une nouvelle fois !

Fédération FO Transports par Transports et logistique

Alors que les résultats des entreprises du Transport Routier de Marchandises (TRM) ont été plus qu’excellents en 2019, que l’ensemble de la chaîne du transport routier (la deuxième ligne) a répondu présent lors de la première vague de la Covid-19, que nous avons toujours un très gros problème d’attractivité dans les métiers du transport par route.