FO dénonce la mise à mort programmée de la logistique Coop Atlantique

Emploi et salaires par Clarisse Josselin, journaliste L’inFO militante

La suppression de 142 postes de logistique à la Coop Atlantique a été confirmée lors d’un CSE le 23 janvier. L’intersyndicale, à laquelle appartient FO, a appelé à un rassemblement en soutien aux salariés.

Quatre-vingt-quatre familles à la rue, c’est inadmissible et c’est encore une catastrophe économique à Saintes, déjà fortement touchée par des fermetures, dénonce René Ferchaud, secrétaire général de l’UD FO de Charente-Maritime.

La direction de la Coop Atlantique a confirmé lors d’un CSE extraordinaire le 23 janvier la mise en place d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) supprimant 142 postes de logistique : 84 postes concernent les entrepôts de Saintes (Charente-Maritime), tandis que la fermeture totale du site de Condat (Haute-Vienne), près de Limoges, va entraîner la suppression de 58 postes.

Ce même jour, les unions syndicales départementales opposées à la réforme des retraites, dont fait partie FO, avaient appelé à un rassemblement de soutien aux salariés devant le siège de l’entreprise, à Saintes. Une marche symbolique a été organisée entre les entrepôts et le siège social.

Après ce PSE, des sites logistiques de l’enseigne coopérative, il ne resterait plus in fine qu’un seul entrepôt à Saintes et une trentaine de salariés pour approvisionner les magasins de proximité.

Alertes des élus du personnel

Un schéma inacceptable pour l’intersyndicale FO, CGT, et CFE-CGC de l’entreprise. Elle dénonce la mise à mort programmée de la logistique Coop Atlantique (…) malgré des résultats positifs pour le groupe. Elle rappelle qu’un premier PSE supprimant 92 postes à Ingrandes (Vienne), en 2017, était censé garantir la viabilité de la logistique de la Coop Atlantique. Elle dénonce les décisions d’amateurisme de l’ancien directoire et du conseil de surveillance ainsi que leur manque de courage. Les syndicats ajoutent qu’à plusieurs reprises, les élus du personnel avaient alerté l’ancien directoire sur la santé économique de l’entreprise mais en retour n’avaient reçu que du mépris.

L’enseigne de distribution créée en 1881 gère plus de 190 magasins implantés dans 14 départements du centre-ouest. Elle est adossée depuis 2012 à Système U, dont la logistique approvisionnera à l’avenir les moyennes et grandes surfaces du groupe.

Sur le même sujet

Bijoutier Maty : FO s’oppose au PSE

Article inFO militante par Michel Pourcelot, journaliste L’inFO militante

Cinquante-quatre emplois sont menacés chez Maty, figure hexagonale de la distribution de bijoux et de montres. Le bijoutier argue des effets de la crise. Pour FO, la direction est la seule responsable de la fragilisation des comptes depuis des années et il est hors de question que les salariés payent pour cela.

Marie Brizard : le fighting spirit paye

Toute l’actualité par Michel Pourcelot, journaliste L’inFO militante

Face à un plan social aux conditions médiocres, une intersyndicale s’était constituée au sein de la société de spiritueux Marie Brizard (MBWS, soit Marie Brizard Wine & Spirits). Suite à des négociations infructueuses, cinq jours de grève ont amené à des négociations qui ont permis d’obtenir des avancées notables.