Economie

FO élargit le débat sur la négociation collective

, Clarisse Josselin

Recommander cette page

F. Blanc / FO Hebdo - CC BY-NC 2.0

Pour sortir du « dogmatisme libéral ambiant », casser plusieurs idées fausses et élargir le débat sur la négociation collective, FO a lancé dès le mois d’avril une réflexion pluridisciplinaire avec des économistes, des sociologues, des chercheurs et des juristes. Il en est sorti un ouvrage collectif qui a été présenté le 11 septembre par Jean-Claude Mailly lors d’une conférence de presse au siège de la confédération.

Quand la vérité n’est pas celle que l’on veut nous faire croire !

Il ne s’agit pas d’un « contre rapport Combrexelle », les contributions des différents auteurs ayant été recueillies avant sa parution. Mais les économistes, sociologues, juristes sollicités par FO, battent en brèche les poncifs actuels. A commencer par les « postulats » inspirés du « dogmatisme libéral ambiant » qui voudrait que le droit du travail soit soumis aux impératifs des politiques économiques ou d’adaptation des entreprises, quand il n’en fait pas un obstacle à la croissance et à l’emploi, ou, dans le meilleur des cas, le réduit à en être un « supplétif ».

Isabel Odoul-Asorey et Elsa Peskine, toutes deux Maître de conférences à l’université, décryptent l’évolution consistant à vouloir faire jouer à la négociation collective – dont les ressorts sont fondamentalement économiques et sociaux – le rôle d’adaptation de la norme.

Udo Rehfeldt, chercheur à l’Ires constate qu’en Europe la décentralisation de la négociation parallèlement au démantèlement de la négociation de branche, a mené à « la diminution de la couverture conventionnelle [et] de la part des salaires dans la valeur ajoutée. » Elle pose aussi le problème des moyens des IRP, souligne le sociologue Mario Correia.

Déréglementer n’a jamais favorisé la croissance

Olivier Giraud se penche sur le cas de l’Allemagne, tandis que Catherine Vincent s’intéresse à l’Espagne et au Portugal.

L’économiste Christophe Rameaux rappelle lui que l’effet de la simplification du droit du travail sur l’emploi pas plus que le lien entre réglementation du travail et croissance n’ont pu être démontrés, de l’aveu même de l’OCDE et du FMI.