Communiqués

FO en tournée auprès des saisonniers

, Yves Veyrier

Recommander cette page

Le tourisme et certaines activités, notamment du secteur agroalimentaire, ont la caractéristique d’une forte variabilité saisonnière. Pour y faire face, les entreprises concernées font appel à des travailleurs saisonniers dont elles attendent expérience, adaptabilité, compétences et qualifications. Mais la reconnaissance n’est pas toujours au rendez-vous, et certains droits, y compris de base, passent à la trappe. Contrairement à une image parfois répandue, ces salariés ne sont pas seulement des lycéens ou des étudiants, mais aussi des travailleurs permanents enchaînant autant d’emplois, de la saison d’hiver à la saison d’été.

FO est à leurs côtés (été comme hiver) via sa campagne de sensibilisation et d’information sur leurs droits.

Depuis maintenant plusieurs années, la confédération et ses structures locales (syndicats, fédérations professionnelles et unions départementales et locales) revendiquent et négocient pour que les quelques 200 000 travailleurs « estivants » recrutés durant cette période de congés payés, soient reconnus partout comme des salariés à part entière. Et ce, quelles que soient les entreprises où ils sont sollicités (tourisme, commerce, restauration, hôtellerie, agriculture, ostréiculture…).

A cet effet, la confédération FO a produit une série d’outils syndicaux dédiés : un dépliant « saisonniers ? Vous avez des droits ! », une affiche à l’occasion d’actions publiques spécifiques, une affiche « parents/jobs d’été » à encadrer sur les panneaux syndicaux des entreprises à l’adresse des salariés parents de jeunes en contrat saisonnier, CDD ou stage d’été. Mais également une vidéo didactique et ludique : « Bienvenue dans le monde du travail même en été » réalisée par FO (www.force-ouvriere.fr/saisonniers-vous-avez-des-droits).

A ces outils mis à disposition par la confédération s’ajoutent des actions de terrain d’ores déjà programmées par les structures FO concernées : conférences de presse, distributions du dépliant, affichages, prises de contacts directs sur les lieux de travail ou de résidence des salariés saisonniers, tournées des plages, permanences de juristes FO… Ainsi l’Union départementale (UD) de Charente-Maritime et les fédérations FO du commerce et de l’agriculture tiennent une conférence de presse le 22 juin 2016 à 10h dans les locaux de l’UD.

Ce sera aussi l’occasion d’informer les saisonniers des enjeux, pour eux, de la future élection syndicale dans les TPE prévue à la fin de l’année (du 28 novembre au 12 décembre 2016), sachant que la plupart d’entre eux travaillent dans une entité ne dépassant pas les dix salariés.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Yves Veyrier

Secrétaire confédéral - Secteur Presse-Communication


Presse/Information/Communication - Internet /Réseaux Sociaux - e-FO - OIT - Droits de l’Homme


Envoyer un message à Yves Veyrier

Site internet : https://twitter.com/yveyrier

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Agenda

Tous les événements à venir

  • Lundi 26 février de 08h30 à 09h30

    France Info
    Jean-Claude Mailly sera l’invité de l’émission de radio « 8h30 Toussaint-Aphatie » sur France (...)

Éphéméride

25 février 1848

Le décret de Louis Blanc
Une des premières préoccupations du gouvernement provisoire de la IIe République fut de résoudre les problèmes de la classe ouvrière qui vivait, depuis de longues années, dans une misère déprimante. Le décret de Louis Blanc affirmait la reconnaissance du droit au travail. « Le gouvernement de la (...)

Une des premières préoccupations du gouvernement provisoire de la IIe République fut de résoudre les problèmes de la classe ouvrière qui vivait, depuis de longues années, dans une misère déprimante. Le décret de Louis Blanc affirmait la reconnaissance du droit au travail.
« Le gouvernement de la République s’engage à garantir l’existence de l’ouvrier par le travail ; il s’engage à garantir du travail à tous les citoyens. Il reconnaît que les ouvriers doivent s’associer entre eux pour jouir du bénéfice de leur travail ».
Pour la première fois, les autorités commençaient à s’intéresser à la situation des travailleurs dont le sort dramatique laissait indifférente la monarchie.