FO Hebdo n°3220 du 23 novembre 2016

Chaque semaine les articles du magazine et leur prolongement en ligne.

À la une

Éditoriaux de Jean-Claude Mailly

Événement

Pour compléter la lecture de l'hebdo

Actualité

Pour compléter la lecture de l'hebdo

  • Vague de répression en Chine

    , par Evelyne Salamero

    Alors que le nombre de grèves a presque doublé en un an en Chine, où la liberté syndicale n’existe pas, les arrestations de militants ouvriers et d’avocats défenseurs des droits de l’homme se sont multipliées ces derniers mois. « Trouble à l’ordre public », « incitation à la subversion », « subversion (...)

  • Chine : trois défenseurs des droits des travailleurs condamnés

    , par Evelyne Salamero

    Alors que les grèves se multiplient depuis deux ans, en particulier dans la province industrielle du Guangdong, on assiste à un regain de répression en Chine. Au terme d’un procès éclair, trois défenseurs des droits des travailleurs, emprisonnés depuis le 5 décembre 2015, ont été condamnés le 26 (...)

Idées

Pratique

Entre militants

En complément

Agenda

Tous les événements à venir

  • Mardi 24 janvier de 18h30 à 19h00

    BFM Business
    Jean-Claude Mailly sera l’invité de Hedwige Chevrillon sur BFM Business.

Éphéméride

23 janvier 1898

Agression contre Jaurès à la Chambre des députés
Au moment où le grand tribun prononçait un discours à propos de l’affaire Dreyfus qui passionnait alors l’opinion publique, le comte de Bernis, député réactionnaire, saisissait l’occasion pour dire à Jaurès : « vous êtes l’avocat du syndicat ». L’orateur socialiste lui riposta aussitôt : « M. de Bernis vous (...)

Au moment où le grand tribun prononçait un discours à propos de l’affaire Dreyfus qui passionnait alors l’opinion publique, le comte de Bernis, député réactionnaire, saisissait l’occasion pour dire à Jaurès : « vous êtes l’avocat du syndicat ». L’orateur socialiste lui riposta aussitôt : « M. de Bernis vous êtes un misérable et un lâche » ! C’est alors que se produisit un indescriptible tumulte, Gérault-Richard intervint et gifla de Bernis en lui disant : « Vous êtes un gredin » ! Nouvelle bousculade au cours de laquelle de Bernis se vengea en frappant Jaurès à la nuque. La stupeur et l’indignation provoquèrent une bagarre pendant laquelle de Bernis fut durement malmené. Les députés de gauche et d’extrême-gauche témoignèrent aussitôt une manifestation de sympathie envers Jaurès.