FO Hebdo n°3129 du 1er octobre 2014

Chaque semaine les articles du magazine et leur prolongement en ligne.

Éditoriaux de Jean-Claude Mailly

Événement

Pour compléter la lecture de l'hebdo

Actualité

Libre-échange - FO Hebdo

Non à l’accord CETA !

L’Union européenne a paraphé, le 26 septembre, un pacte de libre-échange avec le Canada intitulé Ceta. La CES appelle le Parlement européen et les gouvernements nationaux à le rejeter, pointant plusieurs dangers : référence vague aux conventions de l’OIT et modalités de règlement des différends (...)

Sécurité sociale - FO Hebdo

Nouvelle purge en 2015

Le déficit du régime général de la Sécurité sociale sera de 11,7 milliards d’euros en 2014, estime le gouvernement, alors que le projet de loi de finances de la Sécurité sociale pour 2015, présenté cette semaine, pourrait prévoir de nouvelles coupes dans les dépenses pour plus d’un milliard. Des (...)

Idées

Pratique

Pour compléter la lecture de l'hebdo

Le chiffre de la semaine - FO Hebdo

Zéro

Cela traduit l’absence de croissance économique au deuxième trimestre 2014, selon l’Insee. Seules les dépenses de consommation des ménages (+-0,4-%) et des administrations publiques (+-0,4-%) la sauvent une nouvelle fois du repli. La progression du produit intérieur brut (PIB) sur l’année est (...)

Pour compléter la lecture de l'hebdo

Entre militants

En complément

Éphéméride

15 décembre 1905

La grande grève des terrassiers
La ville de Paris établit en 1882, les prix de série pour les ouvriers terrassiers que les entrepreneurs refusent d’appliquer. Et bien que le ministère du Commerce et l’administration préfectorale reconnurent la légitimité de leur droit, la situation des terrassiers ne changea pas. C’est alors que, (...)

La ville de Paris établit en 1882, les prix de série pour les ouvriers terrassiers que les entrepreneurs refusent d’appliquer. Et bien que le ministère du Commerce et l’administration préfectorale reconnurent la légitimité de leur droit, la situation des terrassiers ne changea pas. C’est alors que, devant l’incurie du pouvoir public, 25.000 terrassiers abandonnèrent le travail sur les chantiers parisiens du Métropolitain. Le comité syndical qui donna l’ordre de grève réclamait un minimum de salaire et l’application intégrale de la loi sur l’hygiène, indispensable dans les travaux de terrassement, en raison des émanations qui occasionnaient tant d’accidents mortels. Il revendiquait, en outre, des lois de sécurité pour éviter des éboulement et l’interdiction du travail à la tâche sur les chantiers du Métropolitain et des travaux départementaux.
Le conseil syndical des terrassiers protesta contre la violation des lois et des décrets, relatifs à la condition du travail, préjudiciable aux ouvriers, faite par les entrepreneurs peu scrupuleux, et tolérée par les administrations.