FO Hebdo n°3131 du 15 octobre 2014

Chaque semaine les articles du magazine et leur prolongement en ligne.

Éditoriaux de Jean-Claude Mailly

Événement

Pour compléter la lecture de l'hebdo

Actualité

Pour compléter la lecture de l'hebdo

Pour compléter la lecture de l'hebdo

Santé des armées - FO Hebdo

Le coup (du Val)-de-Grâce

Malgré les assurances données en 2013 par le ministère de la Défense, garantissant le maintien de tous les hôpitaux militaires, l’avenir du Valde-Grâce semble compromis, comme l’a évoqué, lors du CCN des 2 et 3 octobre, Gilles Goulm, de FO Défense. Le ministre envisage d’y loger le service de formation de (...)

Pour compléter la lecture de l'hebdo

  • Indemnisation du chômage : ça suffit !

    , par Stéphane Lardy

    Tel un mauvais film, les dernières interventions de l’exécutif sur l’assurance chômage laissent pantois. Entre le Premier ministre, le Ministre de l’Économie et le Ministre du Travail rivalisent d’imagination et de petites phrases sur la situation financière de l’Assurance chômage et donc des (...)

Idées

Pour compléter la lecture de l'hebdo

  • L’Insee dresse le portrait d’une France qui stagne

    , par Mathieu Lapprand

    Synthèse annuelle de l’état de santé du pays, l’Insee fait un bilan morose de son analyse. Excepté du point de vue démographique, nombre d’indicateurs sont en berne, tels que l’emploi, les loisirs ou encore le niveau de vie, revenu en 2012 à son niveau de 2007.

Pratique

Pratique - FO Hebdo

Le chiffre de la semaine : 509,30 €

C’est le montant, revalorisé le 5 octobre, du RSA (revenu de solidarité active) pour une personne seule sans ressources. Le RSA s’élève à 763,95 euros pour un couple sans enfant. Plus de 2,3 millions de foyers perçoivent ce RSA socle ou d’activité, ce dernier étant versé en complément d’un salaire (...)

Pour compléter la lecture de l'hebdo

Entre militants

En complément

Éphéméride

15 décembre 1905

La grande grève des terrassiers
La ville de Paris établit en 1882, les prix de série pour les ouvriers terrassiers que les entrepreneurs refusent d’appliquer. Et bien que le ministère du Commerce et l’administration préfectorale reconnurent la légitimité de leur droit, la situation des terrassiers ne changea pas. C’est alors que, (...)

La ville de Paris établit en 1882, les prix de série pour les ouvriers terrassiers que les entrepreneurs refusent d’appliquer. Et bien que le ministère du Commerce et l’administration préfectorale reconnurent la légitimité de leur droit, la situation des terrassiers ne changea pas. C’est alors que, devant l’incurie du pouvoir public, 25.000 terrassiers abandonnèrent le travail sur les chantiers parisiens du Métropolitain. Le comité syndical qui donna l’ordre de grève réclamait un minimum de salaire et l’application intégrale de la loi sur l’hygiène, indispensable dans les travaux de terrassement, en raison des émanations qui occasionnaient tant d’accidents mortels. Il revendiquait, en outre, des lois de sécurité pour éviter des éboulement et l’interdiction du travail à la tâche sur les chantiers du Métropolitain et des travaux départementaux.
Le conseil syndical des terrassiers protesta contre la violation des lois et des décrets, relatifs à la condition du travail, préjudiciable aux ouvriers, faite par les entrepreneurs peu scrupuleux, et tolérée par les administrations.