FO maintient la pression pour un autre hôpital

InFO militante par Elie Hiesse, L'Info Militante

© Simon LAMBERT/HAYTHAM-REA

A lors que la situation sanitaire continue de se dégrader, les mobilisations se poursuivent pour défendre l’hôpital public, au bord de la rupture. Le 1er décembre, à l’appel de FO notamment, plus de quatre cents agents de l’AP-HP ont manifesté devant le ministère de la Santé pour l’alerter sur la situation catastrophique des services. Mille deux cents postes d’infirmières étaient vacants mi-novembre et 20 % des lits fermés. Le ministère ayant refusé de les recevoir, leur cahier revendicatif, listant le nombre de lits à rouvrir et les besoins en personnel, a été rendu public.

Rompre avec la logique financière

Le 4 décembre, deux cents militants FO du centre hospitalier Nord-Mayenne (dont les services de chirurgie et de soins continus sont menacés de fermeture) ont ouvert le cortège parisien, réclamant  des lits, des postes, fort de six mille manifestants. Le 10 décembre, le syndicat FO des hôpitaux universitaires de Strasbourg (trois cents postes d’infirmières vacants) a organisé une minute de silence, avec des centaines d’agents, pour dénoncer les conditions de travail.

Déterminée à construire le rapport de force, la Fédération FO des Services publics et de Santé a déjà finalisé l’organisation de sa conférence pour un autre hôpital, prévue le 1er février. La matinée sera dédiée aux interventions de spécialistes, l’après-midi à celles des quatre cents militants mandatés par les régions. L’objectif est de faire un état des lieux détaillé et d’envisager la suite, précise Didier Birig, son secrétaire général, pour qui il est urgent de rompre avec la logique financière.

Elie Hiesse Journaliste à L’inFO militante

L'Info Militante

Sur le même sujet

Les blouses blanches voient rouge

Grève des hospitaliers par  Valérie Forgeront

A travers une manifestation à Paris et une centaine en province à l’appel de FO notamment, des milliers d’hospitaliers (infirmiers, aide-soignant, administratifs…) en grève ont protesté ce 8 novembre contre la dégradation de leurs conditions de travail due à la réduction des effectifs mais aussi à des restructurations qui au fil des réformes détériorent la capacité des hôpitaux à remplir leur mission de service public.