FO-Métaux ne lâche rien sur la nécessaire réindustrialisation

InFO militante par Elie Hiesse, L’Info Militante

© Romain GAILLARD-REA

Dans le cadre de son combat pour la défense de l’industrie, FO Métaux va publier, à l’occasion de la présidentielle, un manifeste pour la réindustrialisation, en dix revendications.

F O-Métaux persiste et signe. Comme elle l’a fait à chaque élection présidentielle depuis 2007, la fédération entend placer l’industrie française et ses salariés au cœur de la campagne. Mais cette fois, ses propositions ne prendront pas la forme d’un livre blanc. Nous préparons un manifeste, avec dix revendications liées à l’actualité, sur lequel nous demanderons aux candidat-e-s de se prononcer, précise Frédéric Homez, secrétaire général. Cet ancrage dans l’actualité, chaque jour plus empreinte de préoccupations environnementales, est résumé dans l’intitulé du manifeste : « Une ligne verte pour une industrie verte ». Toute l’industrie est compatible avec l’environnement et les enjeux liés aux changements climatiques. La transition énergétique et environnementale doit se faire pour l’industrie et non contre l’industrie, martèle Frédéric Homez.

Quatre revendications de court terme

Parmi les dix propositions, quatre relèvent du court terme. La première réaffirme la nécessité de faire de la France une terre d’industries, par la relocalisation de productions essentielles et la localisation de productions futures, avec de véritables efforts sur la R&D, les investissements, les infrastructures, les réseaux, sans oublier la production d’énergie. La politique industrielle doit être globale pour être efficace, souligne Frédéric Homez. Concernant la production d’énergie, la fédération revendique « une politique énergétique durable qui passe par le nucléaire ». Elle exige de rendre sa place à l’industrie française sur les marchés publics, ainsi qu’une sous-traitance industrielle plus vertueuse.

Pour créer à long terme les conditions de cette reconquête, elle soutient une simplification administrative facilitant l’ouverture d’entités. En complément de Bpifrance, elle demande la création d’un fonds d’investissement stratégique pour les entreprises en difficulté. FO Métaux appelle encore à diversifier les activités dans les régions, à consolider la notion de filière, et à créer un label unique du Fabriqué en France. Enfin, elle exige le renforcement de la formation des salariés, pour qu’ils prennent toute leur place dans la transformation industrielle.

Elie Hiesse Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Ascometal : FO revendique un plan stratégique industriel

Emploi par Evelyne Salamero

Rebelote. Comme il y a trois ans, en 2014, Ascometal a de nouveau déposé son bilan. L’État a promis de trouver un repreneur. Cela ne sera jamais que le quatrième depuis 2001. FO Métaux revendique que soit enfin élaboré un « plan stratégique industriel adapté et réaliste ».

Industrie : pour FO, éteindre les incendies ne suffit pas !

Economie par  Valérie Forgeront

De multiples cas l’ont encore montré récemment, les pouvoirs publics agissent souvent tels des pompiers pour tenter de sauver in extremis des sites industriels en difficulté et leurs emplois. Or, souligne FO, au-delà d’une injection de financements d’urgence au bénéfice d’entreprises qui parfois ont déjà perçu des aides publiques sans pour autant d’ailleurs que cela ne se répercute positivement sur l’emploi, les pouvoirs publics doivent s’engager dans une vraie politique industrielle. L’État en premier lieu doit davantage se faire stratège.

Loi d’orientation des mobilités : des menaces pour l’emploi industriel

Communiqué de FO par Béatrice Clicq, Nathalie Homand

Alors que la désindustrialisation de la France se poursuit, synonyme de pertes massives d’emplois, l’Assemblée nationale vient d’adopter le projet de loi d’orientation des mobilités qui inscrit notamment l’interdiction de « la vente des voitures particulières et des véhicules utilitaires légers neufs utilisant des énergies fossiles d’ici 2040 ».