FO négocie et signe une augmentation des salaires dans le Groupe Casino

Fédération FGTA-FO par FGTA-FO

© Francois HENRY/REA

Communiqué de la FGTA-FO

FO Casino a obtenu lors d’un Comité de Groupe qui s’est tenu avant l’été, un engagement du Président Jean Charles Naouri d’ouvrir une deuxième négociation pour augmenter les salaires. Cette revendication de hausse des salaires est légitime pour protéger le pouvoir d’achat des salariés qui subissent la flambée de l’inflation.

À l’issue des négociations qui se sont tenues entre le 1er et le 15 septembre, la Direction a formulé les propositions suivantes pour la filiale Distribution Casino France (DCF) :

 Une augmentation de 2% pour les employés sur la fiche de paie d’octobre (pour ceux qui n’ont pas eu d’augmentation du Smic au 1er août).
 Une augmentation d’1,5% pour les agents de maîtrise.
 Une augmentation d’1% pour les cadres niveau 7 et 8.

Pour FO Casino, ces propositions ne sont pas à la hauteur de l’inflation mais, après consultations des sections syndicales et pour défendre le pouvoir d’achat des salariés qui n’ont pas bénéficié de la hausse du Smic, la signature de cet accord était une priorité.

Pour rappel, les Négociations Annuelles Obligatoire de février 2022 DCF avait permis à l’ensemble des catégories de salariés de bénéficier de 3,2% d’augmentation générale des salaires, avec en supplément divers acquis notamment sur les primes.

FO Casino a également obtenu l’ouverture d’une négociation salariale sur les entrepôts Easydis.

FO Casino a signé cet accord DCF mais a fait savoir à la Direction qu’une révision complète de la grille de salaires devra être à l’ordre du jour des NAO 2023 puisque l’inflation va se poursuivre et le Smic de nouveau augmenter.

FGTA-FO AGRICULTURE, ALIMENTATION ET TABACS ET ACTIVITÉS ANNEXES

Sur le même sujet

Résolution Comité confédéral national des 3 et 4 novembre 2021 – adoptée à l’unanimité

Communiqué de FO

Réuni à Paris les 3 et 4 novembre 2021, le CCN rappelle l’indépendance de la CGT-FO à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, des groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques et religieuses. Il réaffirme son attachement à la Charte d’Amiens et d’une façon générale, son indéfectible opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical. Le syndicalisme ne doit pas lier son destin à celui de l’État, rappelant ainsi le préambule des statuts de la CGT-FO.