FO participe au projet européen Rest@work pour lutter contre le stress au travail

Europe par Secteur Europe - International

Force ouvrière et 18 partenaires issus de 9 pays de l’Union européenne se sont réunis le 21 janvier à Rome pour la réunion de lancement du projet Rest@Work qui vise à prévenir et réduire le stress au travail.

Lettre électronique N°32
PDF - 954.4 ko

Ce projet co-financé par la Commission européenne est piloté par l’organisation syndicale italienne UIL (Unione Italiana del Lavoro). Il s’agit d’évaluer l’accord cadre européen de 2004 à travers une étude de terrain menée dans les pays partenaires du projet et de développer un manuel des outils de prévention et de réduction du stress au travail.


Pour rappel, Force Ouvrière est signataire de l’accord national interprofessionnel de 2008 qui transpose l’accord européen. L’accord reconnait notamment « l’organisation et les processus de travail, les conditions et l’environnement du travail » comme facteur potentiel de stress.
Il rappelle que, dès qu’un problème de stress est identifié, une action doit être entreprise pour le prévenir, l’éliminer, ou, à défaut, le réduire. La responsabilité de déterminer les mesures appropriées incombe à l’employeur qui doit associer les institutions représentatives du personnel à leur mise en oeuvre.
Pour FO, malgré l’absence d’obligation de négocier dans les branches, il était nécessaire que cet accord soit repris pour qu’il soit porteur de garanties concrètes pour les travailleurs.

Sur le même sujet

A qui sert la dette ?

InFOéco n°100 du 17 février 2015 par Pascal Pavageau

Le 25 janvier, les élections législatives grecques ont rendu leur verdict. Avec ce résultat, de fait, le peuple grec a notamment signifié son rejet de la troïka (l’UE, la BCE et le FMI) et celui de son programme mortifère de politiques d’austérité et de réformes structurelles particulièrement brutales. (...)

Institutions européennes et multinationales : le grand mercato

Conflits d’intérêts par Nadia Djabali

Que font les hommes politiques et les fonctionnaires de l’Union européenne après leur passage à Bruxelles ? Un rapport de l’ONG Transparency International répond en partie à cette question. L’organisation non gouvernementale a analysé le parcours professionnel de 485 anciens membres du Parlement européen et de 27 commissaires en fonction dans les commissions Barroso I (2004 à 2009) et II ( 2010-2014).

La traite humaine en Libye : une atteinte inexcusable aux droits fondamentaux et une politique migratoire européenne en défaut

International par Secteur Europe - International

Après la diffusion d’images par le média américain CNN le 14 novembre dernier de jeunes migrants venant d’Afrique subsaharienne traités comme des esclaves et vendus comme tel, la communauté internationale a vivement réagi et condamné cette traite humaine et la présence de nombreux marchés d’esclaves (...)