FO refuse l’atomisation de la filière nucléaire civile

Centrales par Evelyne Salamero, journaliste L’inFO militante

Le nucléaire civil est menacé par le projet de loi de transition énergétique. © Baptiste FENOUIL / REA

« Qui veut tuer son chien l’accuse de la rage »… Le fameux proverbe s’appliquerait-il aussi au nucléaire ? Plusieurs indices le laissent soupçonner.

L’anomalie de fabrication de la cuve du réacteur de la centrale nucléaire en cours de construction à Flamanville (Manche) défraye la chronique. La cuve a été fabriquée par une filiale d’Areva (Creusot Forge) pour l’exploitant EDF. Le 15 avril, M. Chevet, le président de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), a qualifié l’anomalie de « sérieuse, voire très sérieuse ».

Mais il faut tenir compte du fait que l’anomalie constatée résulte d’une réglementation technique postérieure à la fabrication de la cuve. Les ingénieurs et techniciens d’Areva travaillent d’ailleurs sur la question.

« La recapitalisation d’Areva, une urgente nécessité »

« On ne transige pas avec la sécurité nucléaire et l’ASN se doit d’être exigeante. Le problème qu’elle a soulevé est d’ailleurs traité sérieusement et en cours de règlement. En l’occurrence, EDF comme Areva n’ont pas été négligents », explique Pascal Pavageau, secrétaire confédéral FO.

La découverte de l’anomalie est à replacer dans un contexte défavorable pour le nucléaire civil : le projet de loi sur la transition énergétique cible une réduction de 50 % de la part du nucléaire dans la production d’électricité à l’horizon 2025 et une menace de démantèlement pèse sur Areva, confronté à des difficultés financières. Pour FO, il faut que l’État recapitalise le groupe pour préserver son savoir-faire et garantir la sécurité des sites. -

Zoom : Fermeture du réacteur Osiris : menace sur la santé
Le nucléaire civil est un fleuron de l’industrie française et pas seulement pour ses 220 000 emplois… FO, d’autres syndicats mais aussi des médecins, députés et sénateurs alertent sur les risques sanitaires de la fermeture du réacteur Osiris du CEA (Commissariat à l’énergie atomique, organisme public), prévue fin 2015 : le seul réacteur français capable de produire les éléments radioactifs nécessaires au dépistage de pathologies osseuses, cardiaques, de cancers et des conséquences de la maltraitance chez l’enfant.

Sur le même sujet

Faut-il démembrer le soldat Areva ?

Revue de presse par Michel Pourcelot, journaliste L’inFO militante

Quel avenir pour Areva, avec un plan de redressement sur les rails, une énorme dette et des pertes colossales, de près de cinq milliards d’euros, ostensiblement affichées fin février ? L’intérêt marqué d’entreprises chinoises, mais aussi d’Engie, soit GDF Suez fraichement rebaptisé, a été récemment mis en (...)

Crise Areva : Pour FO les annonces sont suicidaires et inacceptables

Communiqué de la Fédéchimie FO - Nucléaire par Fédéchimie

Voici les grandes lignes de ce qui a été annoncé ce matin aux coordinateurs syndicaux Areva (de 8h00 à 10h00) : suppression de 3 000 à 4 000 emplois Areva en France en 3 ans (sur un effectif d’environ 28 000), si possible au volontariat ; baisse de 15% des dépenses (y compris masse salariale) ; (...)

Areva : très forte mobilisation pour sauver l’emploi et l’avenir de la filière

Nucléaire par Clarisse Josselin, journaliste L’inFO militante

Plus de 3 000 manifestants sont venus de toute la France, le 15 septembre, pour crier leur colère devant le siège d’Areva, à La Défense, à l’appel de l’intersyndicale. Le groupe nucléaire compte toujours supprimer 6 000 emplois, dont 4 000 en France. Et la majeure partie de l’activité des réacteurs doit être cédée à EDF.