FO s’attaque au nombre de jours travaillés en continu

Emploi et Salaires par Employés et Cadres

Communiqué de la Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière - Casinos & Cercles de Jeux

Les réductions d’effectifs dans les casinos entraînent une gestion des plannings à flux tendu. Dans ce contexte, les directeurs des entreprises du secteur détournent l’esprit même de la Convention collective tout en aggravant les conditions de travail. Ainsi, certains salariés peuvent être amenés à travailler 12 jours sur une période glissante, situation proprement inacceptable.

Dans ce contexte, nous avons introduit une proposition fixant à 5, le nombre de jours travaillés en continu, seule solution permettant de protéger effectivement les salariés. De son côté, la CFTC proposait un texte autorisant 7 jours maximum en continu, ce qui témoigne à l’évidence de l’intérêt porté par cette organisation syndicale aux conditions de travail des salariés. En effet, une telle position valide un principe selon lequel un salarié pourrait ne disposer d’aucun jour de repos sur une semaine civile. Bel exemple de progrès social ! De leur côté, les organisations patronales ont proposé un texte abrogeant le principe des 2 jours de repos hebdomadaire.

Devant de telles mesures, nous avons clairement indiqué notre possible opposition en cas de signature, ce qui a quelque peu permis de revenir à la raison.

Pour la Section Fédérale FO des Casinos, on ne joue pas avec les conditions de travail de personnels soumis à des critères de pénibilité.

 Voir en ligne  : Annexes

Employés et Cadres Secrétaire Général

Sur le même sujet

Travail décent : La CES propose des solutions

Europe par Evelyne Salamero

Relever les bas salaires « partout en Europe et au-delà » est possible. C’est ce que la Confédération européenne des syndicats fait savoir à l’UE et aux gouvernements nationaux à l’occasion de la journée mondiale du travail décent du 7 octobre.

Nettoyage : la serpillère brûle chez Onet

Conditions de travail par Evelyne Salamero

Depuis près d’un mois, 90% des salariés chargés du nettoyage des 75 gares SNCF du nord de l’Ile-de-France sont en grève, à l’appel notamment de FO. A plus de 300 kilomètres de là, en Moselle, des agents d’entretien de sites industriels et de grandes entreprises ont dû se mobiliser pour empêcher le licenciement de leur déléguée FO et se battent encore contre des « cadences de travail insupportables ».