FO s’oppose à la maltraitance du dialogue social

Emploi et Salaires par Clarisse Josselin , Mathieu Lapprand

Manifestation à Paris contre l’ANI et le projet de loi sur la sécurisation de l’emploi qui en découle (mars 2013). © S. Gautier

Le projet de loi Rebsamen relatif au dialogue social sera présenté le 15 ou le 22 avril en Conseil des ministres. Une délégation FO a été reçue le 26 mars par le ministre du Travail.

Le ministre du Travail, François Rebsamen, persiste à vouloir réformer au forceps le dialogue social, malgré l’échec des négociations fin janvier. L’examen du texte démarrera le 22 mai à l’Assemblée nationale. François Rebsamen rêve d’une adoption en première lecture avant l’été. Une délégation FO, composée de Jean-Claude Mailly et des secrétaires confédéraux Marie-Alice Medeuf-Andrieu et Didier Porte, a rencontré le ministre le 26 mars. Elle lui a rappelé l’opposition de l’organisation à un regroupement et à une baisse de moyens des instances représentatives du personnel (IRP).

Le gouvernement veut permettre la délégation unique de personnel, rassemblant le CE et les délégués du personnel, dans les PME jusqu’à trois cents salariés contre deux cents actuellement. Elle pourrait être mise en place à la demande unilatérale de l’employeur, après consultation des IRP.

FO craint la fragilisation des missions des IRP et notamment du CHSCT : le projet prévoit une baisse du nombre d’élus (jusqu’à quatre titulaires en moins), des heures de délégation et du nombre de réunions obligatoires.

« Le projet de loi vise aussi à réduire les procédures »

Le projet de loi vise aussi à simplifier les procédures d’information-consultation des IRP : regroupement des vingt-quatre consultations obligatoires actuelles en trois temps, regroupement des NAO en trois thèmes (rémunération, temps de travail et partage de la valeur ajoutée) avec la possibilité, par accord d’entreprise, de ne plus négocier que tous les trois ans. Pour FO, il est essentiel de maintenir un droit constant et de ne pas pouvoir déroger au Code du travail par accord d’entreprise.

Sur la représentation des salariés dans les TPE (moins de onze salariés), le gouvernement a opté pour des comités régionaux paritaires interprofessionnels, aux missions très réduites et sans financement dédié. FO plaidait pour des commissions de branches, plus proches des salariés.

Le texte contiendrait en outre des propositions pour un meilleur équilibre hommes-femmes dans les élections professionnelles ; la sanctuarisation du régime d’indemnisation chômage des intermittents ; la nouvelle prime d’activité, la fusion du RSA et de la prime pour l’emploi, voire l’action de groupe en entreprise contre la discrimination. 

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

Mathieu Lapprand Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

La « réformite » ou la maladie de la réforme

Éditoriaux de FO par Jean-Claude Mailly

Une réunion s’est donc tenue à Matignon sur le dialogue social, à la suite de l’échec de la négociation entre syndicats et patronat. Même s’il n’y est pas obligé, le gouvernement est en droit de se saisir du dossier.
Les deux points délicats concernent les IRP et la représentation des salariés des TPE. (...)

Réforme du Code du travail : FO refuse le court-circuitage des syndicats

Négociations par Clarisse Josselin

Le deuxième bloc de concertation entre les interlocuteurs sociaux et le ministère du Travail, dédié à la simplification et au renforcement du dialogue social, s’est achevé le 7 juillet. Plusieurs points de désaccord persistent pour FO et notamment la possibilité pour les entreprises de négocier des accords en l’absence de délégués syndicaux.

Le projet de loi Rebsamen poursuit sa course à la dérégulation

Interpro par Clarisse Josselin

Le projet de loi « relatif au dialogue social et à l’emploi », qui fait suite à l’échec des négociations interpro, a été présenté le 22 avril en Conseil des ministres. FO craint notamment un affaiblissement des CHSCT.
Sans surprise, le texte, dont l’examen parlementaire débutera fin mai, élargit la (...)

Les députés adoptent un projet de loi qui musèle les salariés

Dialogue social par Clarisse Josselin

Le projet de loi « relatif au dialogue social et à l’emploi » a été définitivement adopté le 23 juillet par le Parlement, après un ultime vote de l’Assemblée nationale en session extraordinaire. Alors que le gouvernement se glorifie d’une « loi de progrès social », FO dénonce une remise en cause des (...)