Communiqué de FO

FO soutient les travailleurs turcs pour la protection des libertés civiles et politiques et la défense des droits fondamentaux

, Andrée Thomas

Recommander cette page

Un coup d’État militaire avorté a eu lieu en Turquie le 15 juillet. FO, avec la CES et la CSI, dénonce cette tentative, quel qu’en soit l’instigateur, comme une remise en cause de l’état de droit et des fondements d’un système démocratique.

Ce 20 juillet, le gouvernement AKP a déclaré l’état d’urgence pour 3 mois. Il dispose désormais de la possibilité de restreindre sévèrement les droits fondamentaux, les droits de l’homme, les libertés individuelles et collectives. Le pouvoir exécutif turc, dont les atteintes aux droits de l’homme étaient déjà avérées, bénéficie d’un « boulevard » vers toujours plus d’arbitraire et moins de contre-pouvoirs. Plusieurs syndicats, dont DISK et KESK, ont protesté contre ces atteintes à l’état de droit, tout en condamnant fermement le Coup d’État.

Celui-ci s’est en effet soldé par les arrestations de milliers de militaires, d’employés de l’Education nationale, de journalistes, de religieux, de Juges et de procureurs, d’enseignants, de fonctionnaires, et plus largement de citoyens et de travailleurs.

FO rappelle que la tentative de Coup d’État ne peut être utilisée à des fins de répression au détriment de tous les travailleurs de Turquie et des syndicats usant de leur droit fondamental d’expression et d’action. Le Gouvernement turc, en tant que pays candidat à l’adhésion à l’UE, doit respecter la Convention européenne des droits de l’Homme. En tant que pays partenaire de l’UE, pour l’accueil des réfugiés, elle doit également leur assurer la protection de leurs droits et libertés fondamentales.

FO apporte tout son soutien et sa solidarité aux travailleurs de Turquie et à leurs organisations syndicales.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Éphéméride

25 juin 1957

Convention de l’Organisation internationale du travail (OIT) sur le travail forcé

Chaque État membre s’engage à le supprimer comme mesure de coercition ou d’éducation politique, de méthode de mobilisation et d’utilisation de la main-d’œuvre, de mesure de discipline de travail ou de discrimination raciale, sociale, nationale ou religieuse.