Fonction publique : FO ne signera pas le projet d’accord sur la qualité de vie au travail

Négociations par Valérie Forgeront

Soumises à ratification cette semaine, les mesures de qualité de vie au travail sont largement contestées par les syndicats. FO refuse ainsi d’accompagner une réforme qui fragiliserait le cadre statutaire.

FO ne signera pas, le 12 février, le projet d’accord présenté par le ministère de la Fonction publique et issu de la négociation sur la Qualité de vie au travail (QVT). Entamée en juin, cette négociation ne satisfait pas grand monde. « Seule l’Unsa a annoncé qu’elle paraphera le texte », indique Olivier Bouis pour les fonctionnaires FO. Ce large rejet n’a rien d’étonnant. « Non seulement le ministère refuse de discuter des causes de la dégradation des conditions de travail, mais encore il poursuit sa logique d’austérité via les suppressions d’emplois, la baisse des crédits, le gel des salaires, les fusions de services, etc. »

Le rejet d’une cogestion

À travers cette négociation qui a porté sur le droit d’expression des agents et la situation de l’encadrement, l’administration n’a cherché que « l’assentiment des agents à des mesures censées pallier une situation dégradée », souligne FO, fustigeant la tentative d’amener les personnels à cogérer des réformes destructrices. « Les mesures proposées laissent croire, par exemple, que c’est aux agents de porter des projets et non plus à la hiérarchie. Or cela mettrait en porte-à-faux les représentants des personnels au sein des comités techniques, voire les évincerait. » Pour les cadres, le ministère privilégie « la notion d’emploi fonctionnel au détriment des caractéristiques statutaires, leur demandant ainsi d’accompagner des réformes en légitimant sur le terrain les axes de l’austérité budgétaire, ce que nous ne pouvons admettre », s’insurge FO. 

Valérie Forgeront Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Réunion le 19 mai 2014 sur les Parcours Professionnels, Carrières et Rémunérations : pour FO c’est une mascarade !

Fonction publique par Fonctionnaires, Postes et Télécommunications, Services publics et de Santé

Le 15 mai 2014, des dizaines de milliers de fonctionnaires et agents publics ont cessé le travail et manifesté pour revendiquer l’amélioration de leur pouvoir d’achat, de leurs carrières et de leurs conditions de travail, notamment par une augmentation immédiate de 8 % de la valeur du point d’indice, l’attribution uniforme de 50 points d’indice sur la grille indiciaire, la refonte de la revalorisation de la grille indiciaire (C,B,A).

Les agents hospitaliers cumulent les difficultés

Emploi et Salaires par Mathieu Lapprand

L’étude de la Dares détaille les risques auxquels sont exposés les trois versants de la fonction publique. Si des spécificités existent pour la fonction publique d’État ou la territoriale, c’est la fonction publique hospitalière qui concentre les difficultés, quelle que soit leur nature, physiques, (...)