Fonction publique : le gouvernement refuse une hausse générale des salaires

InFO militante par  Valérie Forgeront

Aucune mesure générale sur les salaires pour les 5,5 millions d’agents publics n’a été annoncée par la ministre de la Fonction publique lors de la Conférence sur les perspectives salariales du 6 juillet. FO-Fonction publique s’en indigne, rappelant la  perte sèche de plus de 20 % depuis 2000 de ce point toujours gelé. Le gouvernement, qui refuse la demande unanime des syndicats d’une revalorisation des grilles indiciaires des catégories A, B et C, annonce des mesures ciblant la catégorie C (1,2 million d’agents) et les contractuels.

Pour FO, la participation de l’employeur à la PSC n’est pas un gain salarial

Tout cela relève de la mystification, réagissait le 6 juillet le secrétaire général l’Union interfédérale FO, Christian Grolier, soulignant que les revalorisations annoncées (entre 40 et 100 euros mensuels net) concernent différemment les agents selon leur avancée dans la carrière. Qui plus est, elles incluent les 15 euros mensuels (sur 2022-2023 et pour les seuls agents de l’État) au titre de la participation de l’employeur public à la protection sociale complémentaire (PSC). Et FO de rappeler que tous les ans, des fonctionnaires se retrouvent rémunérés en dessous du Smic, obligeant le versement de l’indemnité différentielle.

 Valérie Forgeront Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Le Compte personnel de formation (CPF) remplace le DIF

Pratique par Evelyne Salamero

A compter du 1er janvier 2015, le CPF remplacera le DIF. Alors que ce dernier était rattaché au contrat de travail, le CPF est « attaché à la personne tout au long de la vie active jusqu’à la retraite », qu’elle soit salariée en activité ou demandeuse d’emploi.

L’accord : Salaires minima dans la grande distribution alimentaire

Entre Militants

FO a signé l’accord sur les salaires minima dans la grande distribution alimentaire. La nouvelle grille reprend les propositions de FO, soit un décrochage du premier niveau de la grille par rapport au Smic et une augmentation des salaires supérieure à l’inflation, avec un rattrapage sur deux années. (...)