Fonction Publique : premiers résultats encourageants pour FO

Actualités par Yves Veyrier

Après le très bon résultat enregistré à l’éducation nationale, Christian Grolier, Secrétaire général, est confiant pour l’ensemble de la Fonction publique, au vu des dépouillements dans d’autres secteurs.

« D’ores et déjà on sait que FO obtient un bon score dans la Police avec pratiquement 32% des voix » indique-t-il. FO est en deuxième position avec le même nombre de siège (six) que le syndicat Alliance (33,75%).

Les premiers résultats dans les services départementaux de l’État (Directions départementales interministérielles) publiés par le ministère sont tout aussi positifs. « Avec 29% des voix, FO demeure première et est en progression » poursuit Christian Grolier. Au ministère de la Défense FO est également première et progresse de 2%. Très bonne nouvelle également au sein du ministère de l’agriculture où les premières estimations semblent indiquer une progression en voix de FO.

« Nous attendons maintenant les résultats des autres secteurs dont certains ne seront connus que lundi comme à la Poste » conclut dans l’immédiat Christian Grolier.

Yves Veyrier Secrétaire général de Force Ouvrière

Sur le même sujet

Le grand débat pour revenir à l’antienne de la réduction de la dépense publique !

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Étonnamment, le Premier ministre, en conclusion de la restitution du Grand débat ce matin, a retenu comme première exigence celle de « baisser, et baisser plus vite, les impôts » et y a ajouté que, selon lui, si, « les Français ont compris, avec plus de maturité que certaines formations politiques, qu’on ne peut pas baisser les impôts si on ne baisse pas la dépense publique ».

Pascal Pavageau : « Supprimer des effectifs et des services publics est stupide ! »

Acteurspublics le 5 avril 2017 par Pascal Pavageau

Pour le Secrétaire confédéral du Secteur économique de Force Ouvrière, l’approche budgétaire de la fonction publique et des services publics privilégiée par certains candidats à l’élection présidentielle est une menace pour l’avenir de notre modèle social, particulièrement dans les territoires ruraux. Une interview réalisée le 4 avril.