Force Ouvrière appelle tous les agents Hospitaliers et Médico-sociaux à la grève massive le 14 février 2020

Service Public par Services publics et de Santé

Article publié dans le cadre de la campagne Réforme des retraites, FO dit stop !
Manifestation contre la réforme des retraites à Paris le 29 janvier 2020. Photos : F. Blanc

Communiqué de la Fédération des Personnels des Services Publics et des Services de Santé Force Ouvrière

Après plus de 50 jours de grève et de manifestations, la Fédération FO-SPS continue d’appeler l’ensemble de ses syndicats à amplifier la mobilisation pour obtenir le retrait du projet de loi mortifère sur les retraites.

Dans le même temps, concernant les hôpitaux, les Ehpad, les autres structures médico-sociales et leurs personnels, la Fédération FO-SPS est de tous les combats et continue de porter les revendications spécifiques à nos secteurs.

Pour Force Ouvrière, aucune de ces revendications ne doit occulter l’autre car elles sont, tout au contraire, intimement liées. Il n’est pas concevable de parler de conditions de travail, de sécurité, de salaires en excluant toutes les conséquences désastreuses que cette contre-réforme fait peser sur les personnels hospitaliers et médico-sociaux : fin de la catégorie active, calcul de la pension sur l’ensemble de la carrière, âge de départ reculé, décote augmentée, baisse des pensions, etc.

Pour Force Ouvrière, il est aussi nécessaire de dénoncer les choix politiques actuels qui minent encore plus la situation des agents publics hospitaliers, médico-sociaux et de leurs établissements : affaiblissement du statut des fonctionnaires hospitaliers, recours accru aux contractuels, mobilité forcée, accélération de fermetures de services et de suppressions d’emplois au travers des GHT et des fusions, etc.

Dans le respect de son mandat, la Fédération des Personnels des Services Publics et des Services de Santé FO appelle tous les personnels des établissements de santé et médico-sociaux à se mobiliser massivement avec leurs syndicats le 14 février 2020 pour :

 Retrait du projet sur les retraites :
• Non à la retraite par points par la création d’un système à cotisations définies et prestations non définies ;
• Maintien du calcul de la pension sur la base de l’indice détenu depuis les 6 derniers mois ;
• Maintien de la catégorie active avec les droits qu’elle confère ;
• Abandon réel et définitif de l’âge dit « pivot » ou « d’équilibre » à 64 ans ;
• Maintien de la CNRACL et de tous les régimes de base et complémentaires existants ;
• Amélioration des droits de l’ensemble des retraités et pensionnés ;
• Amélioration des droits à pension pour les parents d’un ou plusieurs enfants ;
• Maintien et amélioration des pensions de réversion et d’orphelins ;
• Revalorisation immédiate des retraites et pensions des secteurs privés et publics.
 Dégel immédiat de la valeur du point d’indice de la fonction publique et rattrapage de 18 % de perte de pouvoir d’achat ;
Ouverture immédiate de négociations salariales catégorielles sur les filières ouvrière, technique, soignante et administrative ;
 Arrêt des suppressions de postes et fermetures de services et augmentation des emplois statutaires pour assurer un service public de qualité et permettre d’améliorer les conditions de travail des agents publics ;
 Mise en œuvre d’un plan Marshall de la santé dans la Fonction Publique Hospitalière, pour donner des moyens financiers conséquents dans tous les secteurs et services ;
 Augmentation des effectifs dans les Ehpad pour l’obtention d’un ratio d’un agent pour un résident ;
 Fin de l’enveloppe limitative de l’ONDAM ;
 Abrogations des lois dites de « Transformation de la Fonction Publique » et « ma Santé 2022 ».

RÉSISTER-REVENDIQUER-RECONQUÉRIR !

Services publics et de Santé Secrétaire général

Tous les articles de la campagne

La défense des retraites, un enjeu européen

International par Evelyne Salamero

Le président de la centrale syndicale belge FGTB et un dirigeant national de la confédération italienne UIL ont participé à la mobilisation organisée par la Confédération FO ce 21 septembre à Paris contre le projet du gouvernement français d’instaurer un régime universel de retraites par points. Un geste fort, à l’heure où, comme ils en ont témoigné, les systèmes de retraites basés sur la cotisation sont menacés bien au-delà des frontières françaises.