Formation : dans la territoriale, la réforme du financement de celle des apprentis ne résout pas tout

InFO militante par  Valérie Forgeront, L’Info Militante

© Nicolas TAVERNIER/REA

Les modalités de financement de la formation des apprentis au sein de la territoriale ont changé, par la loi de finances pour 2022. Depuis le 1er janvier, le CNFPT, le Centre national de la fonction publique territoriale, paritaire, prend en charge à 100 % (contre 50 % auparavant) le coût de leur formation, via un versement aux CFA. Le financement est assuré par une nouvelle cotisation, 0,1 % maximum, sur la masse salariale des collectivités locales. Pour le CNFPT, cela réduit le coût, de 25 à 10 millions explique Dominique Régnier, secrétaire général de la branche services publics de la SPS-FO. Pour autant, le CNFPT, au sein duquel FO siège, rappelait unanimement l’an dernier que le coût de l’apprentissage pèse sur la formation des agents, qui nécessite de plus en plus de moyens. La loi de transformation de la fonction publique d’août 2019 y est pour quelque chose, ayant prévu d’accroître, mais sans moyens supplémentaires, la formation des contractuels, de plus en plus nombreux.

Très peu restent dans le public

FO revendique donc le retour à une cotisation de 1 % pour la seule formation et non de 0,9 % comme actuellement, avec affichage de la cotisation supplémentaire de 0,1 %. Par ailleurs, souligne le militant, la vigilance est de mise. Le nombre d’apprentis augmente (7 709 nouveaux fin 2021) et l’investissement public est d’environ 10 000 euros pour chacun (49 % préparent des diplômes du supérieur, 18 % des bacs pro). Or,  très peu restent dans la territoriale. Alors que nombre d’emplois sont non pourvus, il faudrait que le gouvernement réfléchisse à la création d’un concours d’entrée spécifique pour les apprentis.

 Valérie Forgeront Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Chômage : Hollande s’attaque à la courbe

Jean-Claude Mailly était l’invité de l’émission C dans l’air par Jean-Claude Mailly

« Pour Jean-Claude Mailly, le secrétaire général de Force ouvrière (FO), ce contrat de travail "agile" "n’est qu’un contrat de travail fragile". Mais selon lui, ce type de contrat "pas acceptable" "n’est pas dans l’air du temps de la part du gouvernement". » (C dans l’air | France 5 le 12 janvier 2016)

Retraites - Renforcer et élargir dès maintenant la mobilisation !

Communiqué de FO par Yves Veyrier

La confédération réunissait ce jour l’ensemble de ses fédérations nationales de tous les secteurs d’activité : métallurgie, automobile, aéronautique, chimie, raffineries, pharmacie, textile, agro-alimentaire, grande distribution, restauration, agriculture, commerce, services à la personne, banque, (...)