Communiqué de FO

« French Impact », des conséquences tout sauf sociales

, Anne Baltazar

Recommander cette page

Jean Michel Blanquer, Ministre de l’Education, Christophe Itier, Haut Commissaire a l’Economie sociale et solidaire et a l’innovation sociale, Julien Denormandie, Secretaire d’État aupres du Ministre de la Cohesion des Territoires © Romain BEURRIER/REA

Le Haut-Commissaire à l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) a annoncé la mise en œuvre de « French impact », un soi-disant accélérateur de l’innovation sociale.

Pour Force Ouvrière, si l’innovation sociale doit être encouragée, elle n’a pas à l’être selon un système de labellisation lucratif.

Or, il s’agit ici de créer un marché où les entreprises se labelliseront entre elles, tout en se répartissant au passage 1 milliard d’argent public en 5 ans.

Les entreprises statutairement de l’ESS seront mises en concurrence avec des entreprises à but lucratif. Cela se traduira à terme par une perte d’identité de l’ESS, et donc un risque fort pour sa pérennité.

Pour FO, la validation de l’innovation sociale relève de l’action publique et donc d’un service public. Les innovations doivent être contrôlées, de façon objective et neutre, et dans le respect des règlementations, puis faire l’objet de développement national afin d’en bénéficier au plus grand nombre.

De plus, pour tout besoin social collectif, la première des « innovations » devrait être une intervention publique permettant d’y répondre en égalité de droits. Or, il s’agit ici de permettre à des entreprises de pouvoir faire des expérimentations règlementaires, au motif d’innover « socialement » : en bref créer des dérogations tout en faisant du business !

Ce « French impact » traduit, comme son anglicisme le montre, une vision anglo-saxonne et libérale de la dimension sociale : elle se doit d’être lucrative et dérèglementée. FO y oppose juste la République.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Anne Baltazar

Secrétaire confédérale - Secteur Égalité professionnelle - Économie sociale - Logement


Egalité professionnelle - Economie sociale - Logement social - Handicap


Voir le site internet - Handicap et Travail

Voir le site internet - Egalité professionnelle

Envoyer un message à Anne Baltazar

Site internet : https://twitter.com/anne_baltazar

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Agenda

Tous les événements à venir

  • Mercredi 21 février de 10h45 à 10h50

    L’AFOC sur France 3
    Emission télévisée de l’Institut National de la Consommation, réalisée en partenariat avec l’AFOC : « (...)
  • Mercredi 21 février de 13h45 à 13h50

    L’AFOC sur France 2
    Emission télévisée de l’Institut National de la Consommation, réalisée en partenariat avec l’AFOC : « (...)

Éphéméride

20 février 1908

12 militants de la CGT accusés d’injure à l’armée et de provocation à la désobéissance
Procès retentissant de douze militants de la CGT, accusés par le gouvernement Clemenceau d’injure à l’armée et de provocation à la désobéissance. Le prétexte de ce procès, que Jaurès jugea odieux et contraire au droit, fut le fameux Manifeste adressé à la classe ouvrière et signé par les 77 membres du (...)

Procès retentissant de douze militants de la CGT, accusés par le gouvernement Clemenceau d’injure à l’armée et de provocation à la désobéissance. Le prétexte de ce procès, que Jaurès jugea odieux et contraire au droit, fut le fameux Manifeste adressé à la classe ouvrière et signé par les 77 membres du Comité confédéral, dans lequel la CGT protesta avec énergie contre les tueries abominables de Narbonne et félicitait les soldats qui avaient refusé de tirer sur les ouvriers. cette affaire, venue devant la Chambre, le ministre de la Justice Briand désavoua l’avocat général. Le gouvernement qui voulait atteindre la CGT, fut ridiculisé et condamné. Le jury acquitta les douze militants, parmi lesquels figuraient Griffuelhes, Merrheim, Pouget, Luquet, Delesalle, Monatte, Janvion. L’acquittement a produit une grande joie parmi les travailleurs et a donné une stimulation morale encore plus forte à l’action syndicale.