Fusion TUI-Transat France : 322 postes supprimés

Tourisme par Clarisse Josselin, journaliste L’inFO militante

Groupe TUI, premier groupe de voyages au monde. ©Pascal SITTLER/REA

La négociation d’un plan de 322 départs volontaires a démarré le 2 mars dans le cadre de la fusion-absorption de Transat France (Look Voyages, Vacances Transat) par son principal concurrent, TUI France (Nouvelles Frontières). FO exigera les meilleures conditions de départ.

TUI France (Nouvelles Frontières, Marmara) a racheté à l’automne dernier son principal concurrent Transat France (Look Voyages, Vacances Transat). La fusion-absorption sera effective en mai. Elle permettra à l’opérateur de devenir le leader du tourisme dans l’Hexagone. Mais le coût social de ce projet baptisé One est élevé.

La direction a présenté le 21 février un plan de 322 départs volontaires, sur un effectif total de 1 304 postes, notamment en raison de doublons. Elle a aussi précisé que 94 postes pourraient être créés. FO, deuxième syndicat en terme de représentativité, se battra pour limiter au maximum le nombre de postes supprimés.

Les négociations ont débuté le 2 mars, lors d’un comité central d’entreprise extraordinaire. Les syndicats ont jusqu’au 6 juin pour donner leur avis. D’ici-là, les réunions vont s’enchaîner de manière quasi-permanente.

Des conditions de départ au raz des pâquerettes

Les conditions de départ n’ont pas encore été abordées. Jorge Partida, délégué FO et président de la commission économique du CCE, exigera qu’elles soient décentes pour les volontaires. Il estime que les premières propositions de la direction sont au raz-des-pâquerettes, avec un demi-mois de salaire par année d’ancienneté.

Il revendiquera deux mois de salaire par an, plus une prime de 15 000 euros pour tous. L’an dernier, la maison-mère, le groupe allemand TUI, a enregistré plus d’un milliard d’euros de bénéfices, c’est le plus grand groupe touristique d’Europe, rappelle-t-il.

Le neuvième plan social en quinze ans

En matière de formation, il demandera des conditions adaptées à chaque tranche d’âge, allant jusqu’à 24 mois pour les plus de 55 ans. Il souhaite enfin que les salariés qui restent en poste aient les moyens de travailler de manière décente et reçoivent une prime de 3 000 euros.

Pour les salariés de Nouvelles Frontières, racheté par TUI en 2001, c’est le neuvième plan social en quinze ans. Sur cette période, près de 3 000 postes ont été supprimés. Quant aux salariés de Transat France, au plus tard en 2018, ils auront quitté leurs bureaux d’Ivry-sur-Seine pour rejoindre le siège de TUI à Levallois-Perret. Pour travailler main dans la main avec leurs concurrents d’hier.

Sur le même sujet

Les Chèques-Vacances menacés par l’austérité ?

Vacances pour tous par Mathieu Lapprand

Les Chèques-Vacances permettent aujourd’hui à nombre de salariés (du public comme du privé) de partir en vacances, en leur offrant la possibilité de payer tout ou partie des frais de transport, d’hébergement, ou de loisirs. Le gouvernement semble prêt à remettre en cause les conditions d’attribution de cette aide, selon les informations du Canard Enchaîné dans son édition du 22 avril 2014.

« Le gros problème, c’est le logement »

Trois questions à... Daniel Jacquier, Secrétaire général de l’UD FO de Savoie par Clarisse Josselin, journaliste L’inFO militante

Daniel Jacquier : Nous sommes le département de France qui compte le plus de saisonniers. Selon les listes aux élections prud’homales, ils sont 38 000 sur les 129 000 salariés que compte le département. Ils sont nombreux l’hiver, mais il y a aussi du tourisme d’été avec les lacs, les stations thermales et les activités de montagne.