Restructurations : General Electric persiste dans sa stratégie

InFO militante par  Valérie Forgeront, L’Info Militante

© HAMILTON/REA

En rachetant le pôle Énergie d’Alstom, l’Américain General Electric (GE) avait fait des promesses en termes d’emplois… mais qui portaient pour le moins à la méfiance soulignait FO à l’époque. Légitimement. Au nom de la rentabilité et des profits pour ses actionnaires, le groupe GE multiple les restructurations, se sépare d’activités et supprime des emplois.

En novembre 2015, l’Américain General Electric rachetant, pour moins de dix milliards d’euros, le pôle Énergie d’Alstom, assortissait cette acquisition d’une promesse : il assurait qu’il créerait un millier d’emplois, net, sur trois ans en France. Moins d’un an après, le groupe annonçait toutefois la suppression de 6 500 emplois en Europe. En France, à travers cinq PSE, quelque 800 emplois étaient impactés, dont des salariés ex-Alstom et cela alors que le groupe français (FO y est en 3e position), particulièrement implanté à Belfort, était en plein démantèlement.

D’Alstom (12 sites en France), il ne reste d’ailleurs aujourd’hui que la branche Transports (produisant Trains, tramways…) comptant 8000 salariés. Il y a trois ans, ils étaient encore 8 300. FO s’est toujours opposée au démantèlement du groupe Alstom rappelle le secrétaire confédéral FO Métaux Éric Keller en charge de la branche. Dans le groupe, comptant douze sites en France, FO vient d’augmenter le nombre de ses implantations syndicales, avec une nouvelle présence FO-Alstom sur le site de Chalon-sur-Saône en Bourgogne-Franche-Comté.

En France des centaines d’emplois menacés

Chez GE, au fil des ans, l’emploi ne cesse de fondre. Depuis 2015, l’Américain a supprimé 3 000 emplois s’insurge Éric Keller. Or, souligne-t-il, GE a bénéficié de subventions publiques à hauteur de 200 millions sur trois ans. Mais cela ne l’a pas dissuadé de poursuivre sa stratégie de rachats d’entreprises suivis de restructurations au sein de celles-ci, en se séparant d’activités et en liquidant les emplois.

Derniers plans en date : après 485 suppressions d’emplois en 2019 dans son activité de centrales à gaz à Belfort, GE élabore actuellement des plans mettant sur la sellette 700 emplois dans ses filières Réseaux électriques (Grid) et Hydro (matériel pour les centrales hydroélectriques). Et il a ajouté une restructuration de sa division Steam Power (turbines pour centrales nucléaires et à charbon) menaçant 300 emplois en France dont 240 à Belfort Les gars d’Alstom soutiennent les salariés de GE martèle Éric Keller.

 Valérie Forgeront Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Aides publiques : l’absence d’engagement des entreprises fait défaut

Economie par  Valérie Forgeront

Les pouvoirs publics doivent-ils encore aider sans contreparties des entreprises, voire des multinationales lesquelles ne sont pas forcément dans le besoin ? Que faire face à des patrons qui empochent des aides publiques, ne préservent pas les emplois et mettent la clé sous la porte pour aller voir si la compétitivité est meilleure ailleurs ? Pour FO l’État doit prendre ses responsabilités.

Transfix : les salariés inquiets pour l’avenir du site varois

Emploi et Salaires par Elie Hiesse

A l’issue d’une grève de trois jours, les 330 salariés de l’usine Transfix de La Garde, dans le Var, ont obtenu la révision partielle d’un accord de juin 2017, qui faisait travailler les opérateurs « 39 heures payées 37 ». Mais l’avenir du site spécialisé dans la fabrication de transformateurs électriques reste incertain.

313 suppressions d’emplois dans le Groupe Euralis

Agroalimentaire par FGTA-FO

Les instances représentatives du personnel ont été informées le 9/01/2018 d’une réorganisation du pôle alimentaire du groupe Euralis. Ce pôle est composé de 8 sites industriels sous les conventions collectives de la FICT (charcuterie industrielle) et de l’ADEPALE (produits élaborés).