Glyphosate : et à la fin, c’est Bayer qui gagne ?

Consommation par Michel Pourcelot

Le très contesté herbicide, essentiellement commercialisé par la multinationale Monsanto, a vu, à la surprise générale, son utilisation prolongée de cinq ans grâce au vote favorable de l’Allemagne.

79 %

C’est le pourcentage de Français favorables à une interdiction immédiate du glyphosate (sondage SumofUs, octobre 2017).

Classé cancérigène probable par l’OMS, l’Organisation mondiale de la santé, le glyphosate a donc vu son autorisation d’utilisation renouvelée pour cinq ans par l’Union européenne (UE), lors d’un vote des représentants de ses pays membres à la Commission européenne le 27 novembre, à Bruxelles. Il s’agissait d’un comité d’appel, le précédent scrutin n’ayant pas permis de dégager une majorité suffisante début novembre. Comme huit autres pays, la France a voté, comme annoncé, contre la proposition de la Commission européenne, le Portugal s’est abstenu, mais l’Allemagne, la Pologne, la Roumanie et la Bulgarie, qui s’étaient abstenues lors du précédent vote, se sont prononcées pour, ainsi que quatorze autres pays. Les 65 % de la population de l’UE nécessaires pour obtenir la majorité qualifiée requise ont ainsi pu être atteints, mais de peu : 65,71 %. Le commissaire à la Santé de la Commission européenne s’est félicité des résultats.

Le glyphosate vaut bien une crise

Le vote favorable de l’Allemagne, représentant 16,06 % de la population européenne, a été déterminant. Il serait dû à son seul ministre de l’Agriculture, qui aurait agi sans réelle concertation gouvernementale. La chancelière Angela Merkel n’a pas semblé bouleversée outre mesure, déclarant : « Le ministre a mal agi, cela ne devra plus se reproduire. » Mais une partie de la coalition gouvernementale allemande a qualifié ce revirement de trahison, rendant encore plus difficiles les négociations post-électorales entre les principaux partis de la coalition au pouvoir. Avec ce vote, le glyphosate semble avoir considérablement imprégné l’Allemagne alors que son géant chimico-pharmaceutique Bayer s’apprête à absorber Monsanto, dont le Roundup au glyphosate est un produit phare. Après enquête, la Commission européenne devrait donner son aval ou non le 5 mars 2018. Quant à l’enquête sur le glyphosate, elle avait été confiée à une agence... allemande. 

Michel Pourcelot Journaliste

Sur le même sujet

Le glyphosate rend confus...

Consommation par Michel Pourcelot

Valse-hésitation au gouvernement ? Le glyphosate semble être partout, même dans la chèvre et le chou, empoisonnant le débat autour de cette substance suspectée d’être cancérogène. Et qui plus est le principal principe actif du désherbant le plus vendu dans le monde, le Roundup, fabriqué par Monsanto.
Le (...)

A qui sert la dette ?

InFOéco n°100 du 17 février 2015 par Pascal Pavageau

Le 25 janvier, les élections législatives grecques ont rendu leur verdict. Avec ce résultat, de fait, le peuple grec a notamment signifié son rejet de la troïka (l’UE, la BCE et le FMI) et celui de son programme mortifère de politiques d’austérité et de réformes structurelles particulièrement brutales. (...)

L’accord de libre-échange UE Canada signé en 2014 est (enfin) public

Economie par Mathieu Lapprand

L’accord de libre-échange entre l’Union Européenne et le Canada, également appelé Ceta (Comprehensive Economic and Trade Agreement) a été conclu le 18 octobre 2013 et signé le 26 septembre 2014. Mais c’est une version légèrement remaniée qui a été rendue publique par la Commission Européenne le 29 février (...)