GM&S : pas de repreneur en vue, l’inquiétude à son comble

Métallurgie par Evelyne Salamero

Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

L’usine de l’équipementier automobile GM&S de La Souterraine, dans la Creuse n’a fait l’objet d’aucune offre de reprise dans les délais. La date limite des dépôts était fixée au mercredi 7 juin.

Le tribunal de Poitiers avait prolongé jusqu’au 30 juin la période d’observation de l’entreprise GM&S, deuxième employeur privé de la Creuse avec 277 salariés, avant de trancher entre un maintien de l’activité ou la liquidation de l’entreprise, le temps d’examiner les options de reprise. Mais celles-ci devaient être déposées le 7 juin au plus tard et aucune n’est arrivée à cette date.

Il y a juste eu un échange de mails avec le leader français de l’emboutissage GMD, mais qui n’a pas valeur d’offre.

Les syndicats ont demandé à rencontrer le président le 9 juin

Les syndicats FO et CGT qui ont demandé une entrevue avec Emmanuel Macron pour le 9 juin, à l’occasion d’un déplacement du président en Haute-Vienne, département voisin, sont dans l’attente d’une réponse de l’Élysée.

Ils veulent exhorter le président à agir enfin notablement sur [ce] dossier, comme l’État s’y était engagé, et ont souligné dans un communiqué : il est temps de s’impliquer et de ne plus rester en observateur indifférent. Il y a urgence !

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante - Rubrique internationale

Sur le même sujet

Retraites - Renforcer et élargir dès maintenant la mobilisation !

Communiqué de FO par Yves Veyrier

La confédération réunissait ce jour l’ensemble de ses fédérations nationales de tous les secteurs d’activité : métallurgie, automobile, aéronautique, chimie, raffineries, pharmacie, textile, agro-alimentaire, grande distribution, restauration, agriculture, commerce, services à la personne, banque, (...)

Les salariés creusois de GM&S montent à Paris pour sauver l’emploi

Métallurgie par Evelyne Salamero

Environ 200 des 277 salariés que compte encore l’entreprise GM&S Industry de La Souterraine, commune de la Creuse, ont manifesté ce 19 avril à l’appel de FO et de la CGT devant les célèbres vitrines de Renault et PSA, sur les Champs-Elysées. Objectif : « demander du travail » à leurs deux principaux donneurs d’ordre, pour sauver leur usine.