Transport maritime

Grande America, le choix du risque : Du pavillon de complaisance au contrôle de complaisance

, FEETS FO

Recommander cette page

Farid mernissi [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons

Communiqué de la FEETS-FO

Tandis que nous attendons de savoir vers où vont se diriger les nappes d’hydrocarbure issues du « Grande America », nous ne connaissons toujours pas le chargement exact que transportait le navire, qui après avoir subi un incendie libérant des matières toxiques et participant ainsi à l’acidification des océans, est maintenant une bombe écologique à retardement.

Cette catastrophe environnementale est pourtant un risque que le gouvernement et la majorité parlementaire semblent juger acceptables.

La Loi d’Orientation des Mobilités actuellement en débat prévoit effectivement :

  • de privatiser le contrôle des navires (ceux de moins de 24 mètres seront carrément en auto-contrôle)
  • de détruire les Centres de Sécurité des Navires (CSN) en supprimant des postes d’inspecteurs de la sécurité des navires, ceux-là même chargés du contrôle des navires étrangers en escale dans nos ports.

L’un des objectifs assumés de cette réforme est la suppression de postes de fonctionnaires pour le seul intérêt du marché international. Il n’y a pourtant que les fonctionnaires pour garantir des contrôles sans complaisance, indépendants de tout enjeu financier.

Comment imaginer que des entreprises de contrôle, en concurrence les unes avec les autres face à des armateurs qui viennent avec des flottes entières à contrôler –donc des enjeux financiers énormes–, ne soient pas exposées si ce n’est à la corruption, au moins à la complaisance ?

Les risques encourus pour la collectivité sont trop graves pour laisser ces contrôles aux mains d’un secteur privé motivé par les seuls profits économiques.

Non, le contrôle d’un navire n’est pas comparable au contrôle technique d’une voiture !

La FEETS FO s’est opposée systématiquement à cette privatisation des contrôles et à la baisse des effectifs d’inspecteurs :

  • En Conseil Supérieur de la Marine Marchande
  • Au Comité Technique Ministériel du Ministère de Transition Ecologique et Solidaire

La protection de la vie des marins de même que la protection de l’environnement sont des enjeux régaliens.

A travers ses sommets internationaux ultra-médiatisés, le chef de l’État donne des leçons d’environnement à toute la planète.

Mais il se garde bien de dire qu’en toute discrétion il libéralise progressivement la protection de l’environnement et la prévention des pollutions marines…

La FEETS FO revendique le retrait du projet de privatisation du contrôle des navires et le recrutement de fonctionnaires pour contrôler et inspecter à la hauteur des enjeux environnementaux.

A propos de cet article

Sur l’auteur

FEETS FO

ÉQUIPEMENT, ENVIRONNEMENT, TRANSPORTS ET SERVICES
Jean HEDOU
46, rue des Petites Écuries
75010 PARIS

Téléphone : 01 44 83 86 20
Fax : 01 48 24 38 32
E-mail : fetsfo@force-ouvriere.fr

Site internet : http://www.feets-fo.fr/

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément