Grèce : quand il n’est plus possible d’adopter des mesures sociales…

Europe par Secteur Europe - International

Mi-décembre, le gouvernement grec s’est finalement vu refuser l’allègement de sa dette, qui avait décidé quelques mois plus tôt, par l’Eurogroupe, cette instance informelle qui réunit les ministres des finances de la zone euro.

Lettre électronique n°38

Les mesures d’allègement étaient pourtant modestes (de l’ordre de 300 millions d’euros pour une dette totale qui s’élève à près de 320 milliards), elles consistaient en un allongement des délais de remboursement et un allègement de la charge d’intérêt pour 2017 (par la non application de futures hausses de taux d’intérêt).

Il ne restait plus qu’à mettre en oeuvre ces mesures d’allègement à travers le MES (mécanisme européen de stabilité) mais le président de l’Euro-groupe, soutenu notamment par l’Allemagne en a décidé autrement, préférant rejeter les récentes mesures prises par le gouvernement grec.

Depuis que la Grèce est sous l’emprise de la Troïka, toutes les dépenses budgétaires sont passées au crible par les créanciers du pays. Pas question dans ces conditions de consacrer quelques euros supplémentaires à des dépenses sociales : ces derniers ont donc sanctionné la décision du gouvernement grec de relever les petites pensions de retraite et de reporter une nouvelle hausse de la TVA (report pourtant négocié dans le cadre de l’accord d’allègement de la dette).

Outre la confirmation des orientations des créanciers de la Grèce, orthodoxie budgétaire pure et dure et parti-pris antisocial assumé, qui étouffent le pays au lieu de le remettre sur une trajectoire de croissance, ce nouvel épisode vient démontrer une nouvelle fois le caractère totalement anti-démocratique de la Troïka. Alors que l’Union européenne tente de regagner la confiance des travailleurs, elle a de nouveau révélé à travers cette décision de l’euro groupe sa face la plus sombre et la plus absurde.

Pour FO, cet épisode illustre encore une fois que l’austérité est triplement suicidaire : économiquement, socialement et démocratiquement.

Sur le même sujet

Grèce : pourquoi le cauchemar n’est pas fini

Europe par Evelyne Salamero

Après le cauchemar, le rêve ? Le 20 août, à en croire de nombreuses voix, la Grèce aurait officiellement été libérée des contraintes budgétaires et sociales imposées depuis huit ans par ses créanciers (Union européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international) en échange de leurs prêts.

Soins aux pauvres : 16% de Grecs renoncent, la France suit

Le chiffre de la semaine par Michel Pourcelot

En Grèce, 16% de personnes pauvres déclarent ne pas se soigner pour des raisons financières, soit plus de deux fois plus qu’en 2008 (7%), selon le Panorama de la santé : Europe 2016, un rapport publié par l’OCDE le 23 novembre dernier. Bien que moindre, cette tendance a été constatée dans plusieurs (...)

Grèce : ils ont osé dire non

Référendum par Evelyne Salamero

« Est-ce que la proposition soumise par la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le FMI lors de l’Eurogroupe du 25 juin doit être acceptée ? » Les Grecs ont répondu « non » à 61,31 %.

Grèce : 7 ans d’austérité et un peuple qui résiste encore

Europe par Evelyne Salamero

Le Parlement grec vient d’adopter à une courte majorité un nouveau paquet de mesures d’austérité proposé par le gouvernement Tsipras, dont une baisse des pensions de retraites, la quatorzième depuis 2010. Encore cette fois, l’appel à la grève générale lancé par les organisations syndicales a été massivement suivi.