Grève de la faim de Nadia Ferrante déléguée syndicale Happychic au 152 avenue Alfred-Motte à Roubaix

Commerce par Employés et Cadres

Siège social de l’entreprise Happychic, à Roubaix le 11 septembre 2018. © Franck CRUSIAUX/REA

Communique de la Section fédérale du Commerce de la Fédération des Employés et Cadres FO

C’est un drame humain et un désastre dans le dialogue social qui se joue devant l’un des sièges de la société Happychic appartenant à la galaxie Mulliez.

Dans cette entreprise, de nombreux représentants syndicaux sont méprisés au point que la Section fédérale du Commerce de la Fédération des Employés et Cadres FO avait décidé avec sa déléguée syndicale Nadia Ferrante de mener une action aux
prud’hommes (pressions, intimidations, sanctions…).

En plein PSE (avec 500 licenciements estimés environ), cette société comprenant les enseignes Jules et Brice, a réuni ses délégués du personnel le 28 septembre 2018. L’essentiel des questions posées visaient directement Nadia Ferrante. Les élus FO ont donc quitté la salle. C’en est trop ! Elle n’en peut plus des attaques et pressions permanentes au point de décider sur le champ d’entamer une grève de la faim.

La Section fédérale du Commerce de la FEC FO est très préoccupée par la santé de sa déléguée syndicale et regrette que la situation ne se soit pas apaisée malgré des courriers envoyés aux dirigeants les alertant des risques sur la santé physique et mentale de Nadia Ferrante.

Nous demandons non seulement un respect total envers l’ensemble des représentants du personnel, mais aussi une totale transparence concernant le PSE en commençant par recevoir leur déléguée syndicale et reconnaissant que cela va trop loin.

La Section fédérale du Commerce de la FEC FO sera présente mardi en fin d’après-midi sur le site afin de soutenir la camarade.

S’en prendre à Nadia, c’est s’en prendre à FO tout entier.

Résister Revendiquer Reconquérir

Employés et Cadres Secrétaire Général

Sur le même sujet

Happychic : 466 suppressions de postes qui révoltent les salariés

Commerce par  Valérie Forgeront

Le groupe de prêt à porter Happychic appartenant à l’association familiale Mulliez (Auchan…) a annoncé à la mi-juillet une restructuration par fusion de ses enseignes. L’annonce porte aussi la suppression de 466 postes en France, la fermeture de quatre-vingt-huit magasins sans compter celle d’un entrepôt et la suppression de dizaines de postes au siège de Roubaix.