Concurrence

Grève des cheminots : la fédération FO ne s’interdit rien y compris pendant l’été

, Evelyne Salamero

Recommander cette page

Manifestation à Paris le 22 mai 2018. Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

La réforme ferroviaire a été adoptée le 14 juin. Le 15, une réunion tripartite a eu lieu pour relancer la négociation sur la convention collective de branche qui va remplacer le statut. La fédération FO y a réaffirmé son opposition à la loi.

Le 15 juin, les employeurs (UTP, Union des transports publics et ferroviaires), les fédérations syndicales et la ministre des Transports Élisabeth Borne étaient réunies pour relancer la négociation d’une convention collective de branche, puisque la loi adoptée la veille scelle la fin du statut à compter du 1er janvier 2020.

Dans une déclaration faite à la ministre, la fédération FO a remis les pendules à l’heure : […]. Vous détruisez le seul cadre vraiment de haut niveau, le statut des cheminots, pour ensuite nous demander ce que nous pourrions construire sur le champ de ruines que vous laissez.

FO Cheminots pour une réunion des trois fédérations ayant exprimé leur rejet de la loi

La fédération FO a rappelé sa proposition d’étendre l’actuel statut des salariés de la SNCF à l’ensemble des entreprises ferroviaires, à l’instar de ce qui a été fait dans les industries électriques et gazières.

Le 20 juin, rappelant que les cheminots en sont à plus de 30 jours de grève pour obtenir le retrait de la réforme, elle a appelé à une réunion des trois fédérations ayant réaffirmé leur rejet de la loi devant la ministre le 15 juin (FO, CGT et SUD Rail).

La fédération FO ne s’interdit rien y compris durant l’été pour obtenir désormais l’abrogation de la loi, et participera ainsi massivement à la mobilisation interprofessionnelle du 28 juin.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Evelyne Salamero

Journaliste - Rubrique internationale

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément