Alerte :
Du 1er au 8 décembre, élections Fonction publique, je vote FO !

Grève historique à L’Éducation nationale

REVUE DE PRESSE par Christophe Chiclet, L’Info Militante

Des protocoles sanitaires pour les élèves qui changent tous les jours, des conditions de travail de plus en plus difficiles pour les personnels et des salaires en berne… Le 13 janvier a constitué une grève historique par son ampleur avec près de 75% des personnels engagés dans ce mouvement. Aperçu dans la presse.

L’Obs
Un protocole sanitaire qui empêche la continuité pédagogique. Le protocole sanitaire, malgré ses allègements successifs, continue de poser problème en termes de continuité pédagogique. Depuis lundi dernier [10 janvier], j’ai plus de dix absents par classe parce que les élèves doivent sans cesse aller se faire tester, décrit Linda (les prénoms ont été modifiés), professeur d’histoire-géographie en terminale dans un lycée de Metz. Les élèves, régulièrement cas contacts, se relaient dans les classes face à des professeurs qui ne voient jamais les mêmes élèves au même moment.

Ouest France
Ces situations ingérables ont conduit à la riposte syndicale, ce que le quotidien de l’ouest évoque : 77 500 enseignants et autres personnels de l’éducation nationale ont manifesté jeudi 13 janvier 2022 en France, dont 8 200 à Paris, pour protester contre la valse des protocoles sanitaires liés au Covid-19, selon le ministère de l’intérieur. Le ministère a recensé 136 actions dans tout le pays lors de cette journée de grève largement suivie qui a reçu le soutien des associations de parents d’élèves.

Sud Ouest
Autre grand quotidien régional et le même constat : la colère gronde dans l’Éducation, ce qui n’est pas nouveau, preuve en est le mécontentement qui perdure sur les salaires et conditions de travail, dossiers qui n’ont toujours pas trouvé d’issue heureuse. À l’école, ce jeudi [13 janvier] est un jeudi noir, avec une grève massive des enseignants contre le protocole Covid-19. C’est la première grève d’une telle ampleur des profs contre l’actuel ministre de l’Education nationale, voire depuis une vingtaine d’années. Et le quotidien girondin de préciser : Le ministre de l’Éducation nationale a déjà fait face à une série de grèves contre la politique éducative et la loi sur l’École de la confiance, (…) mais aussi les bas salaires et la dégradation de leurs conditions de travail en général.

Le Parisien
La coupe serait-elle pleine pour les personnels de l’Éducation nationale ? Le quotidien revient lui aussi sur cette journée massivement suivie, et dont le gouvernement devra mesurer la portée.
Suite à cette mobilisation : Jean Castex a reçu les syndicats enseignants ce jeudi [13 janvier], après une journée de mobilisation très suivie pour dénoncer la gestion du Covid-19 à l’école. Le ministre Jean-Michel Blanquer, critiqué par les grévistes après la valse des protocoles sanitaires, était également présent. Il faut qu’on calme le jeu, intime un conseiller de l’exécutif, constatant que la grève des enseignants et autres personnels de l’Éducation nationale, exaspérés par la valse des protocoles sanitaires liés au Covid-19, a été historiquement suivie ce jeudi 13 janvier.

Christophe Chiclet Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Éducation nationale : succès de la première mobilisation pour des recrutements immédiats

InFO militante par Evelyne Salamero, L’Info Militante

En grève nationale à l’appel de six organisations syndicales, dont FO, plusieurs milliers de personnels des écoles, collèges et lycées ont manifesté dans tout le pays pour obtenir des recrutements immédiats, alors que le protocole sanitaire élaboré par leur ministère est inapplicable tant les classes sont surchargées.

Conditions de travail : côte d’alerte dépassée dans les établissements du secondaire

InFO militante par Elie Hiesse, L’Info Militante

La mobilisation des personnels d’établissement de l’Education nationale témoigne de la dégradation dans l’ensemble des services, au-delà des classes. Le syndicat Indépendance et Direction ID-FO manifestait devant le ministère pour mettre en lumière l’épuisement des personnels de direction face à la surcharge de travail imposée, depuis 2018, par le train de réformes continues.