Groupama Antilles-Guyane : les salariés en grève après des propos racistes envers un employé

InFO militante par  Maud Carlus, L’Info Militante

La totalité des salariés de la caisse régionale Groupama Antilles-Guyane travaillant dans les trois départements (Martinique, Guadeloupe, Guyane) se sont mis en grève du 16 au 21 juin après que des paroles racistes ont été adressées à un salarié et militant FO en Martinique.

Ferme ta gueule, sale nègre... Tels sont les propos qu’aurait tenus le 16 juin dernier un cadre de la direction de la caisse régionale Groupama Antilles-Guyane à un salarié et militant FO dans une agence de Fort-de-France. Des paroles racistes qui ont été rapportées à Pascal Alingery, délégué syndical du groupe le soir-même.

J’ai été informé qu’une scène houleuse avait eu lieu entre un de mes collègues administrateur FO et un cadre de direction de l’entreprise, explique-t-il. Une réunion avec le CSE est immédiatement déclenchée afin de se mettre d’accord concernant les suites à donner à cet incident. Nous avons décidé d’agir tout de suite et de lancer un mouvement de grève, indique le DS. Nous sommes un groupe international, nous sommes amenés à travailler avec des personnes de toutes origines et tous horizons, des propos racistes sont tout simplement inacceptables.

La totalité des salariés en grève

Un mouvement de grève est alors amorcé, à l’appel d’FO et suivi par toutes les autres organisations syndicales afin de lancer une action commune. Le préavis est déposé dans la foulée. La totalité des 230 salariés de Groupama Antilles-Guyane ont cessé le travail du 17 au 21 juin inclus, en soutien au salarié invectivé. Les agences de Guyane et de Guadeloupe se sont associées au mouvement initié en Martinique en soutien au salarié.

Notre première revendication était l’éviction du cadre ayant proféré ces propos, déclare Pascal Alingery. Nous souhaitions également que Groupama condamne fermement les paroles du salarié, et qu’une plainte soit déposée. Des revendications toutes acceptées par la direction lors de la signature du protocole de sortie de crise le 21 juin au soir, après plusieurs jours de grève. Et la grève n’a pas été interrompue avant que la direction ne prenne des engagements sérieux.

L’auteur sera poursuivi

Le salarié victime des insultes racistes a déposé plainte auprès du tribunal de police en son nom et Groupama s’est engagé à se porter partie civile. Le procureur de la République a décidé de poursuivre l’auteur des propos rapportés, qui devrait être convoqué le 21 septembre prochain, ajoute le responsable syndical.

Toutes les revendications ont été acceptées par la direction, ce que tient à souligner Frédéric Le Griel, responsable national FO au sein du groupe. La direction a très rapidement réagi et condamné les paroles racistes et a lancé une procédure de mise à pied envers le cadre incriminé afin qu’il quitte l’entreprise.

FO réaffirme les valeurs d’égalité et d’humanité

Cela a été un mouvement énorme, la mobilisation a été très forte et a mis en lumière un racisme ordinaire qui existe et que l’on ignore trop souvent. Cette action permet de réaffirmer les valeurs d’égalité et d’humanité que prône notre syndicat. Nous devons pratiquer une tolérance zéro sur ce genre de comportements, conclut-il.

De son côté Pascal Alingery précise qu’il a, depuis, eu entre les mains la copie d’une autre plainte déposée à l’encontre du même cadre de direction de Groupama pour propos racistes, envers un salarié d’une autre entreprise...

Sur le même sujet

Combattre le germe du racisme

Éditoriaux de FO par Jean-Claude Mailly

Le mécontentement est grandissant. Ce constat, nous n’avons pas attendu ces dernières semaines pour le dresser. Par définition au contact direct des salariés, notre syndicalisme n’a pas besoin d’avoir recours aux sondages pour le dresser.

« Orange banque » : pas n’importe comment !

La vigilance

L’opérateur téléphonique Orange est entré en négociations avec Groupama pour lancer Orange Banque, dont il détiendrait 65 % du capital. La Fédération FO Com reconnaît dans un communiqué que cette diversification permettra de « créer de nouveaux relais de croissance ». Mais elle sera « très vigilante » sur la (...)