Guerre en Ukraine : de l’hypocrisie à la folie...

Fédération FO Transports par Transports et logistique

© Laurent GRANDGUILLOT/REA

Communiqué de la Fédération Nationale des Transports et de la Logistique Force Ouvrière - UNCP

Une guerre est une chose horrible où qu’elle se trouve. Une guerre aux portes de l’Europe nous touche encore plus. La FNTL FO/UNCP a une très grosse pensée pour le peuple Ukrainien, l’ensemble des salariés des transports et de la logistique, qui vivent des moments horribles.

Dans le monde du transport et de la logistique, l’ensemble des entreprises du top 10 européen continuent à faire du business avec la Russie, à la demande de leurs clients, souvent de gros, très gros industriels. Pour eux, aucune sanction...

Alors, quand on voit ce qui est en train de se passer pour une entreprise comme Gefco, on peut se poser des questions ! Gefco est une entreprise française, née en 1949 en Franche-Comté, de la volonté de la famille Peugeot. Pour ceux qui l’ont oublié, en 2012 le groupe PSA est pris dans une tourmente infernale qui peut l’amener au dépôt de bilan. Il faut du « cash » et vite. La décision est prise de la part du groupe PSA, du gouvernement de l’époque, de vendre Gefco. Sans évidemment demander l’avis des salariés de Gefco. L’actionnariat devient 75% RZD (chemin de fer russe), 25% PSA (aujourd’hui Stellantis). Pendant 10 ans, le groupe Gefco, de 11 500 salariés dans le monde, roule normalement et même s’adapte aux appels d’offres brutaux de Stellantis (Ex PSA). Puis intervient cette putain de guerre de Poutine contre l’Ukraine, avec toutes ses horreurs. Les sanctions économiques du monde occidental tombent contre la Russie et ses oligarques, rien à dire, normal. La question qui se pose est pourquoi le groupe Gefco est-il assimilé à une entreprise russe ? Pourquoi certains pays (anglo-saxons) disent à leurs entreprises de ne plus travailler avec Gefco ? Pourquoi certaines banques (réassureurs), compagnies aériennes et maritimes, certains clients ferment portes et volets à Gefco ? Alors que le groupe Gefco n’est pas dans la liste des entreprises concernant les sanctions économiques. Un courrier du ministère de l’économie, daté du 5 mars, en atteste.

Transports et logistique Secrétaire général

Sur le même sujet

Énergie : les entreprises, premières aidées

InFO militante par Elie Hiesse, L’Info Militante

F ace à la flambée des prix de l’énergie provoquée par la guerre en Ukraine, l’exécutif a dégainé, le 16 mars, son « plan résilience », incluant 6,8 milliards d’euros de mesures dont 4 milliards pour les seules entreprises. Elles complètent celles du « bouclier tarifaire », qui limitent depuis l’automne l’impact, (...)

SOS œufs en danger, la FGTA-FO soutient la filière et les emplois

Fédération FGTA-FO par FGTA-FO

Communiqué de la FGTA-FO
La nouvelle réglementation relative aux élevages de poules en cage s’ajoute à la crise due au nouvel épisode de grippe aviaire, avec, pour conséquence, un risque de rupture imminent d’approvisionnement en ovoproduit dans les professions alimentaires utilisatrices telles que : (...)