GXO Logistics : FO ne lâche rien sur la nécessaire revalorisation salariale

InFO militante par Elie Hiesse, L’Info Militante

Inadmissible ! Mustapha Chbiki, DSC FO chez GXO Logistics France (5 000 salariés), n’avait qu’un mot pour qualifier les propos jugés racistes émanant du directeur général le 14 mars, lors de la quatrième séance des NAO 2023. Premier syndicat, FO est sortie aussitôt de la pièce, suivie par les autres organisations. Toutes ont rappelé le caractère répréhensible et condamnable, en droit commun et droit pénal des propos tenus, et annoncé se réserver le droit (…) d’engager tout recours nécessaire. L’incident a terni un peu plus les difficiles négociations NAO 2023.

Des propositions toujours très insuffisantes

Du jamais vu dans la filiale française du logisticien américain (issu de Norbert Dentressangle), 80 élus syndicaux parisiens ont manifesté début mars pour dénoncer la faiblesse des propositions : 1 % d’augmentation générale au 1er avril, soit 0,75 % en prorata sur 2023, dénonce FO. Le 14 mars, la direction a porté sa proposition à 2,5 % d’augmentation générale pour les salariés gagnant moins de 2 600 euros brut, en la conditionnant à un accord majoritaire plafonnant le CET… Toujours insuffisant au regard de l’inflation attendue en 2023 et des efforts demandés aux salariés, rétorque FO qui revendique 6 % d’augmentation. Le syndicat rappelle la progression du chiffre d’affaires 2022 en France (+ 11 %) et les 4,2 millions d’euros d’aides et d’exonérations de cotisations obtenues de l’État en 2021.

Elie Hiesse Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Un développement syndical gagnant

Portrait par Mathieu Lapprand

Délégué syndical central, David Dubois a créé et développé le syndicat FO chez Herta. Il travaille sur le site principal, situé à Saint-Pol-sur-Ternoise dans le Pas-de-Calais, où il a construit le syndicat.

Pouvoir d’achat : la demande salariale demeure

InFO militante par Clarisse Josselin, L’Info Militante

Le conflit en Ukraine va ralentir la croissance économique hexagonale, déjà fragilisée par la crise sanitaire. Si la Banque de France ne prévoit pas à ce stade de récession, l’institution table cependant sur une baisse de la croissance de 0,5 % à 1,1 % et une inflation moyenne de 3,7 % sur (...)