Haute-Loire : 100% de salariés en grève pour sauver les emplois chez Bonna Sabla

Toute l’actualité par Valérie Forgeront

Ils se sont tous mis en grève à l’appel de FO et ont bloqué l’usine le 2 octobre. Les salariés de la société Bonna Sabla à Bas-en-Basset en Haute-Loire sont inquiets pour l’avenir du site et de ses emplois. Et pour cause. Ils redoutent la fermeture pure et simple d’une usine créée en 1963, rachetée deux fois depuis et qui compte actuellement 46 salariés et une dizaine d’intérimaires.

Les craintes viennent de l’ouverture en juin d’un plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) qui doit se clore le 8 octobre prochain. Ce PSE vise les emplois du site de Bas-en-Basset (spécialisé dans l’aménagement urbain) mais plus largement 300 emplois sur cinq des 27 sites du groupe Bonna Sabla-Consolis, leader français dans le secteur des produits manufacturés en béton… Racheté en 2017 par un fonds de pension américain (Bain Capital).

« Nous voulons des réponses ! »

L’usine de Haute Loire qui à sa création il y a 56 ans était une entreprise locale indépendante (Sobepre) est donc désormais dans le giron d’un groupe où la « compétitivité » est érigée comme une règle d’or relève l’UD-FO de Haute-Loire qui apporte tout son soutien aux salariés en grève. « Ce sont des décisions pour servir ces messieurs les actionnaires » fulmine de son côté le délégué syndical FO, Éric Chabrier. Le groupe qui argue d’une baisse des investissements publics cherche à se séparer du site de Haute-Loire, accusé de ne pas être suffisamment rentable.

Si la direction de Bonna Sabla assure chercher des repreneurs pour l’usine, elle prévient qu’en cas d’échec, celle-ci fermera. Rien de rassurant donc pour les salariés. « Nous voulons des réponses à nos questions. Oui ou non y a t-il un repreneur et dans quelles conditions ? » s’inquiète Éric Chabrier.

Alors que d’autres mouvements de protestation ont eu lieu sur d’autres sites du groupe, les salariés de l’usine de Bas-en-Basset ont décidé de suspendre, pour l’instant, leur grève en attendant les annonces que devrait faire la direction lors d’un CSE central la semaine prochaine.

Valérie Forgeront Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

313 suppressions d’emplois dans le Groupe Euralis

Agroalimentaire par FGTA-FO

Les instances représentatives du personnel ont été informées le 9/01/2018 d’une réorganisation du pôle alimentaire du groupe Euralis. Ce pôle est composé de 8 sites industriels sous les conventions collectives de la FICT (charcuterie industrielle) et de l’ADEPALE (produits élaborés).