International

Hong Kong : appel à la solidarité internationale 

Recommander cette page

Photo : Alex Leung - flickr.com/cyalex

La HKCTU, la confédération syndicale de l’ancienne colonie britannique rétrocédée à la Chine en 1997, lance une pétition : « Arrêtez la répression du mouvement démocratique à Hong Kong » [1].

Le 29 septembre, des travailleurs de Hong Kong de nombreux secteurs ont répondu à l’appel à la grève de la centrale syndicale HKCTU pour soutenir la réforme démocratique, alors que les forces de sécurité continuaient de réprimer violemment les manifestations pacifiques organisées par les étudiants.
 
Les étudiants en grève sont largement soutenus par le syndicat des enseignants de Hong Kong. Quelque 500 universitaires ont signé une déclaration de soutien.
 
Sharan Burrow, la Secrétaire générale de la CSI (Confédération syndicale internationale), a déclaré : « Le projet de la Chine de permettre à quelques milliardaires de choisir qui va gouverner Hong Kong est contraire à la démocratie et aux engagements pris par la Chine en 1997 pour l’avenir de Hong Kong. Ce projet renforcera un système féodal corrompu dans lequel les oligarques détiennent le pouvoir absolu, tandis que les travailleurs sont pris en étau entre le coût de la vie extrêmement élevé et la cupidité éhontée d’une petite élite omnipotente. Nous appelons les autorités chinoises à ouvrir la discussion avec les citoyens de Hong Kong sur le respect du droit démocratique des habitants à décider des personnes qui peuvent se présenter aux élections. »
 
Plusieurs dizaines de personnes ont été blessées et autour de quatre-vingts ont été arrêtées lorsque la police est intervenue dans des sit-in pacifiques, armée de matraques et de gaz lacrymogènes. Des dizaines de milliers de citoyens ont rejoint les manifestations pendant le week-end dernier.
 
Les manifestants appellent à la démission du chef de l’exécutif de Hong Kong, Leung Chun-ying, et demandent au Conseil législatif de rejeter le projet annoncé par les autorités de Beijing, le 31 août, de n’accepter que des candidats « approuvés » pour se présenter aux hautes fonctions.
 
« La CSI soutient pleinement le mouvement syndical de Hong Kong qui demande de la démocratie et de la justice sociale, et fera tout ce qui est en son pouvoir pour défendre cette cause légitime », ajoute Sharan Burrow.