Hong-Kong : FO dénonce la nouvelle condamnation de Lee Cheuk Yan

Communiqué de FO par Marjorie Alexandre, Secteur Europe - International

Lee Cheuk Yan. © HAMILTON/REA

FO dénonce la nouvelle peine d’emprisonnement de 14 mois qui vient frapper notre camarade et dirigeant syndical du HKCTU (Hong-Kong) pour avoir organisé et participé le 4 juin 2020 à une veillée aux chandelles commémoratives des événements de la place Tien Anmen survenus en 1989.

Cette peine serait concomitante à la peine que purge déjà actuellement notre camarade Lee à 20 mois de prison pour l’exercice de ses droits fondamentaux, notamment liés à la convention 87 de l’OIT sur la liberté d’association.

Pour rappel, la confédération HKCTU de Hong-Kong a été contrainte il y a quelques mois de s’auto-dissoudre, devant les accusations notamment de collusion avec les puissances étrangères sur fondement de son affiliation à la CSI et aux fédérations syndicales internationales.

FO agit de façon constante, aux côtés de la CSI, afin de faire libérer Lee, de lever les charges et peines pesant à son encontre. De même, FO apporte son soutien aux camarades du HKCTU et aux travailleurs de Hong-Kong dans leur combat pour assurer la garantie de leurs droits fondamentaux et libertés démocratiques. FO a également alerté à de nombreuses reprises le ministère des Affaires Etrangères sur le sujet et se félicite du soutien apporté par certains États, notamment européens, à notre camarade Lee, lors de la Conférence internationale du travail en juin dernier, au sein de la Commission d’Application des Normes.

Pour FO, il est urgent de rétablir les droits fondamentaux et les libertés démocratiques à Hong-Kong !

Marjorie Alexandre Secrétaire confédérale au Secteur International, Europe et Migrations

Secteur Europe - International Envoyer un message à Secteur Europe - International

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Plafonnement des indemnités prud’homales : le Comité Européen des Droits Sociaux donne raison à FO !

Communiqués de FO par Branislav Rugani, Patricia Drevon, Secteur Europe - International, Secteur juridique

Suite à la réclamation collective déposée par FO en 2018, le Comité européen des droits sociaux (CEDS) a enfin rendu sa décision, comme l’a révélé Le Monde vendredi dernier. Il a reconnu que le plafonnement des indemnités prud’homales violait l’article 24 de la Charte sociale européenne (droit à une indemnité adéquate ou à une réparation appropriée).