Hôtels, Cafés et Restaurants, réagissons pour éviter le pire

Coronavirus / Covid19 par FGTA-FO

Article publié dans le cadre de la campagne Elections TPE : C’est parti !
@ Patrick ALLARD/REA

Communiqué de la FGTA-FO

Pour la FGTA-FO, l’avenir des salariés et des TPE se pose. En effet, le secteur des Hôtels, Cafés et Restaurants est durement touché par la crise sanitaire, avec plus de 92 % d’établissements fermés.

Afin d’éviter des milliers de faillites et un chômage massif, il est légitime de se poser la question de l’avenir de toutes les petites entreprises, dont une grande majorité ne pourra pas surmonter cette crise !

Nous lançons donc un appel à l’État ainsi qu’aux assureurs à participer plus activement à l’effort national de solidarité et aider autant que possible ces petites entreprises.

Il est aussi légitime de veiller à ce que les salariés du secteur ne deviennent pas les oubliés de cet effort collectif. Effectivement, la perte de salaire est plus marquée pour eux et cela s’explique par la nature de leur rémunération (prise en compte du pourcentage du chiffre d’affaires, des pourboires...).

Pour ne pas ajouter de la misère à la précarité, la FGTA-FO revendique le maintien de la rémunération à 100% pour tous les salariés du secteur.

Enfin, la FGTA-FO rappelle que l’action sociale de la branche s’est dotée d’un budget supplémentaire d’un million d’euros pour mettre en place des mesures exceptionnelles Covid-19 et les salariés en grande difficulté peuvent adresser une demande à : aides-individuelles-HCR@klesia.fr

FGTA-FO AGRICULTURE, ALIMENTATION ET TABACS ET ACTIVITÉS ANNEXES

Plus dans la campagne Elections TPE : C’est parti !
Tous les articles de la campagne

La FGTA-FO revendique la reconnaissance « de l’état de nécessité sociale » pour les salariés précaires des hôtels et restaurants

Toute l’actualité par FGTA-FO

Mardi 26 mai 2020 à Paris, Rouen, Nantes, Dijon, Toulouse, Nice se sont déroulés des rassemblements de protestation de salariés issus notamment de la restauration et de l’hôtellerie qui sont parmi les plus durement frappés par la crise du COVID-19. Les salariés de ces secteurs d’activités comptaient déjà avant la crise parmi les plus précaires.