Portrait

Il assure la sécurité sur le port de Lorient

, Clarisse Josselin

Recommander cette page

© DR

Arnaud Le Roux, 47 ans, est officier de port adjoint à Lorient et représentant local du syndicat FO. Le 30 janvier, il était en grève contre une suppression de poste qui risque de remettre en cause la sécurité maritime.

Nous sommes tenus d’assurer la veille du port 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, mais à six, on n’y arrivera pas, prévient Arnaud, devenu officier de port adjoint en 2007 après une carrière dans la Marine nationale. Ils sont actuellement sept fonctionnaires assermentés à se relayer jour et nuit à la capitainerie, par services de douze heures, pour surveiller la zone portuaire.

Parmi leurs nombreuses missions de police, ils régulent le trafic portuaire, placent les navires et surveillent tout événement pouvant affecter la sécurité sur le plan d’eau et les infrastructures du port.

Se battre pour ne pas créer un précédent

7

C’est le nombre actuel de fonctionnaires assermentés qui se relaient jour et nuit à la capitainerie, par services de 12 heures, pour surveiller la zone portuaire.

Arnaud est représentant local du syndicat national des officiers de port SNOP FO, majoritaire, auquel il a adhéré en 2008. J’ai toujours pensé que pour être défendu dans la fonction publique, il était nécessaire de se syndiquer, explique-t-il. Il n’y a que deux syndicats chez nous et plus un syndicat est représentatif, plus il a de poids.

Le 30 janvier, quasiment tout le personnel de la capitainerie était en grève, à l’appel de FO, pour s’opposer au non-remplacement d’un départ en retraite en août 2018. C’est un choix comptable, pris sans regarder la réalité du terrain, dénonce-t-il. À nous de nous débrouiller pour continuer à assurer le service. Des idées ont été évoquées, comme une fermeture de la capitainerie la nuit, avec une astreinte en dortoir non payée, ce qui serait inadmissible.

La mobilisation a payé. Le 7 février, l’État a annoncé le maintien du poste. Une bonne nouvelle dans l’immédiat, mais le problème risque de se poser à nouveau dès 2019, avec le prochain départ en retraite.