Ile-de-France : retards dans le versement des pensions pour plus de 4 000 nouveaux retraités

Retraites par Françoise Lambert

Les agents de la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse (CNAV) chargés des contrôles des dossiers retraite avant paiement des pensions, en grève, le 6 mars 2017. Photo : F. Blanc.

Plus de 4 000 nouveaux retraités sont touchés par des ralentissements dans le versement de leur pension en Ile-de-France. Le syndicat FO de la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV) demande des effectifs supplémentaires.

Environ 4 400 dossiers de retraites étaient en souffrance à la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV) au 31 juillet, selon des chiffres communiqués le 10 août par le ministère des Solidarités et de la santé. Une situation qui a pour conséquence des retards dans le versement de la première pension.

Le ministère précise toutefois que l’essentiel de ces dossiers sont régularisés le mois suivant, sauf dans les cas de dossiers incomplets ou qui ont été déposés moins de trois mois avant le départ en retraite.

Le délai moyen de traitement des dossiers, d’ordinaire 90 jours, s’est dégradé ces derniers mois, de 107 jours en avril à 113 jours en juillet, avec un pic à 115 en mai.

Un sous-effectif qui se répercute sur les délais de paiement

Les retards concernent le contrôle et le traitement des dossiers. Les agents qui travaillent dans ces secteurs avaient fait grève à plusieurs reprises en début d’année, pour alerter sur un problème de sous-effectif se répercutant sur le délai de paiement des pensions et sur les conditions de travail., indique Yves Héricier, secrétaire adjoint de la section syndicale FO de la CNAV.

Le retard dans l’attribution d’une pension peut se traduire pour certains assurés par une rupture dramatique des ressources., ajoute-t-il.

Droit opposable à la retraite

Pour parer à de telles situations, la loi a mis en place un droit opposable à la retraite. Il est en vigueur depuis septembre 2015. Les retraités peuvent ainsi bénéficier d’un versement garanti le mois suivant leur départ, à la condition toutefois d’avoir déposé un dossier complet de retraite au moins quatre mois avant.

La mesure avait été prise à la suite d’importants retards constatés dans les caisses de Lille et de Montpellier, qui avaient parfois laissé des retraités sans ressources pendant plusieurs mois.

FO revendique des embauches

Avec le droit opposable à la retraite, c’est une retraite provisoire, en quelque sorte une garantie minimum, qui est attribuée, dans l’attente du versement de la retraite complète, explique Yves Héricier. C’est un mieux, mais c’est une réponse insuffisante à une situation qui se dégrade. Des embauches sont nécessaires .

Françoise Lambert Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Compte pénibilité : le gouvernement cajole le patronat

Retraite par Secteur Retraites

En application du droit, les décrets ayant des incidences sur la législation de Sécurité sociale doivent être transmis pour avis aux Conseils d’administration des caisses nationales. Ceux sur le compte pénibilité ne font pas exception. Les projets ont donc été transmis à la Caisse nationale d’assurance (...)

[Le chiffre] 62,8 ans

InFO militante par  Valérie Forgeront, L’Info Militante

62,8 ans, c’est l’âge moyen pour le départ à la retraite (dans le régime général) et ce chiffre est resté stable en 2020, indique la Caisse nationale d’Assurance vieillesse (CNAV), précisant que cet âge moyen auquel on liquide ses droits n’a cessé de s’élever ces dernières années, passant de 60,9 ans en 2007 (...)