Insécurité : Grève dans les transports urbains et les autocars

Actualités

Pour protester contre la hausse de l’insécurité et la surdité du gouvernement face à ses revendications, la Fédération FO des Transports appelle les salariés des transports urbains et des autocars à la grève les samedis 20 et 27 décembre. Des préavis ont déjà été déposés à Lyon, Avignon, Toulouse, Rennes et Grenoble. Sans réaction du gouvernement, la mobilisation pourrait se poursuivre en janvier.

 Voir en ligne  : Fédération FO des Transports et logistique

Sur le même sujet

Sécurité dans les Transports Urbains et Routiers de Voyageurs : Mépris ou déni du gouvernement et du Patronat ?

Communiqué de la Fédération FO des Transports et logistique par Transports et logistique

Le 24 novembre, la Fédération des Transports et de la Logistique FO/UNCP essayait de se faire entendre du gouvernement sur les problématiques de sécurité dans le Transports Urbains (TU) et Transport Routiers de Voyageurs (TRV) pour les salariés et les usagers des transports publics par route.

Voies navigables de France : la mobilisation a payé

Emploi et Salaires par Valérie Forgeront

La Direction de l’établissement public administratif (EPA) Voies navigables de France (VNF) a dû entendre les revendications des agents en grève à l’appel de FO du 8 au 10 juin dernier ainsi que ce 14 juin pour la journée d’action contre la loi travail.
Ce mouvement de grève lancé au plan national (...)

Stationnez, il n’y a rien à voir !

Consommation par Michel Pourcelot

Des consommateurs contraints de s’enfermer dans des enclos de plus en plus rares pour se faire tondre : les automobilistes des grands centres urbains commencent à s’identifier à cette image. Les places de stationnement se réduisent comme peau de chagrin : ainsi à Paris, sous le drapeau vert des (...)

Conflit des routiers : nouvel échec de la négociation

Emploi et Salaires par Evelyne Salamero

La négociation du 26 mars sur les salaires des routiers a échoué. Sur trois fédérations patronales, seule l’OTRE a proposé une seconde augmentation (entre 0,4 et 0,6 % selon les coefficients) en plus de sa première proposition (entre 1,1 et 2,2 %), mais au 1er octobre seulement et à condition qu’entre (...)