Inspecteur du travail suspendu : FO manifeste son soutien à Paris

Article inFO militante par Michel Pourcelot, journaliste L’inFO militante

Anthony Smith, Sylvie Szeferowicz, Virginie Mangin
Droits réservés

Après avoir demandé en référé l’application de mesures de protection pour des aides à domicile dans la Marne en pleine crise sanitaire, un inspecteur du travail avait été suspendu en avril. Un rassemblement de soutien a eu lieu le 21 juillet, à l’appel d’une intersyndicale, dont fait partie FO, pour exiger sa réintégration.

Suspendu par sa hiérarchie le 15 avril, Anthony Smith, un inspecteur du travail de la Marne, comparaissait devant une commission de discipline à Paris, le 21 juillet, pour avoir notamment engagé une procédure de référé à l’encontre d’une structure d’aide à domicile rémoise, l’Aradopa, dont la moitié des employés étaient en première ligne au cœur de la crise du Covid-19. L’inspecteur du travail avait constaté une situation affligeante, selon les mots de l’Union départementale FO de la Marne qui n’a cessé de le soutenir. Elle était d’ailleurs présente en force, au rassemblement de soutien à Anthony Smith, devant le ministère des Solidarités, ce 21 juillet, avec notamment sa secrétaire générale, Sylvie Szeferowicz, aux côtés de Patrick Privat, secrétaire confédéral de FO, et Virginie Mangin, déléguée syndicale (DS) de la CGT-FO Aradopa.

Pour FO, une remise en cause de la mission essentielle de l’inspection du travail

Au total, plusieurs centaines de personnes ont participé à ce rassemblement à l’appel d’une intersyndicale, dont FO est membre, qui a dénoncé la volonté brider l’inspection du travail pour ne pas gêner l’activité des entreprises au moment où venait d’éclater le scandale de la pénurie de masques. Pour l’URIF FO (Union régionale composée des UD FO de l’Ile-de-France), également représentée à ce rassemblement c’est une remise en cause de la mission essentielle de l’inspection du travail et des inspecteurs qui, pendant cette période particulièrement difficile, se sont retrouvés en première ligne pour faire respecter, en termes de protection des salariés, les dispositifs mis en place par l’exécutif.

Chantage à l’emploi

Rappelons que ce sont les élus CSE d’Aradopa qui, le 15 mars, avaient saisi l’inspection du travail. Une procédure de référé avait alors été engagée par Anthony Smith. Au lieu de prendre ses responsabilités, l’employeur avait menacé le Conseil départemental de fermer sa structure et ainsi mettre ses salariés au chômage et laisser des clients sur le carreau. Le Conseil départemental, plutôt que d’inciter l’employeur à respecter ce qui lui était prescrit, avait contacté la Direccte, qui, pour toute réponse, avait suspendu l’inspecteur du travail, suspension par le ministère du Travail. La Fédération Nationale de l’Action Sociale FO (FNAS FO) avait alors dénoncé, le 17 avril, les mesures d’intimidation envers les inspecteurs du travail et exigé le retrait immédiat de toutes les mises à pied, dont celle d’Anthony Smith, ainsi que l’abandon de toutes les procédures disciplinaires.

FO revendique retrait des sanctions et réintégration

On devrait connaître dans les prochains jours ou les prochaines semaines la décision de la commission de discipline concernant Anthony Smith. Possibles sanctions : une exclusion temporaire de trois mois ou un déplacement d’office. D’ores et déjà, FO a revendiqué le retrait de toutes sanctions contre Anthony Smith et sa réintégration. Les membres de l’intersyndicale devaient se réunir pour décider des suites à donner à la mobilisation.

Rassemblement 21/07/2020
Rassemblement 21/07/2020
Rassemblement 21/07/2020
Rassemblement 21/07/20

Sur le même sujet

Courrier au président de la République

Communiqué de la FASAP par Spectacle, presse, audiovisuel

La Fédération FO des Arts, des Spectacles, de l’Audiovisuel, de la Presse, de la Communication et du Multimédia a écrit au président de la République pour l’alerter sur la situation des professions du monde de la Culture et et les conséquences de la crise sanitaire.