Italie : appel à la grève pendant le Congrès de la UIL

La lettre électronique @ ctualités Europe – International n°24 par Secteur Europe - International

« Carmelo Barbagallo » - Aulin78 - Opera propria. Con licenza CC BY-SA 4.0 tramite Wikimedia Commons.

A la mi-novembre s’est tenu le congrès de la UIL, troisième grande organisation syndicale italienne. FO y était représentée. Le congrès a été marqué par le départ de Luigi Angeletti, son secrétaire général et l’élection de son successeur Carmelo Barbagallo. 

Le congrès s’est également déroulé sur fond d’appel à la grève générale pour le 12 décembre, lancé par la UIL et la CGIL. Le mouvement conteste la réforme profonde du marché du travail engagée par le gouvernement Renzi (voir lettre électronique 23).

La réforme prévoit notamment l’instauration d’un contrat de travail à droits progressifs avec l’ancienneté. Les licenciements seront facilités pendant les trois premières années du contrat. En outre, le fameux article 18, qui jusque-là protégeait salariés ayant été licenciés de manière abusive par un droit à réintégration est modifié et prévoit désormais une indemnisation. Le Sénat a adopté la réforme le 3 décembre, pour une entrée en vigueur en janvier 2015.

La grève a été largement suivie, 1,5 million de travailleurs dans les rues et un taux de grévistes proche de 60% selon les organisations syndicales. Dans un entretien au quotidien la Repubblica fin décembre, la secrétaire générale de la CGIL Susanna Camusso n’exclut pas de nouvelles actions et entend désormais utiliser tous les recours juridiques en Italie et en Europe pour contrer cette réforme.

 Voir en ligne  : La lettre électronique @ ctualités Europe – International n°24 [PDF]

Sur le même sujet

Italie – CGIL 1 - Jobs Act 0

Europe par Secteur Europe - International

La CGIL, une des principes organisations syndicales en Italie, a obtenu une victoire décisive dans la défense des droits des travailleurs en obtenant l’abrogation – par un décret-loi datant du 17 mars 2017 – de certains pans du Jobs Act, énième réforme libérale du marché du travail en Europe.

Renzi veut réformer le marché du travail, de gré ou de force

Italie par Clarisse Josselin

Alors que l’Italie a replongé dans la récession, le président du Conseil s’attaque au Code du travail, qu’il considère comme un frein à l’embauche. La remise en cause de l’article 18, qui oblige l’employeur à réintégrer tout salarié licencié abusivement, provoque la fronde des syndicats et de l’aile gauche (...)