Europe

Italie – CGIL 1 - Jobs Act 0

, Secteur Europe - International

Recommander cette page

© CGIL

La CGIL, une des principes organisations syndicales en Italie, a obtenu une victoire décisive dans la défense des droits des travailleurs en obtenant l’abrogation – par un décret-loi datant du 17 mars 2017 – de certains pans du Jobs Act, énième réforme libérale du marché du travail en Europe. Pour rappel, le gouvernement italien dirigé par Matteo Renzi avait adopté en 2015 une série de décret-lois, regroupés sous la mention Jobs Act visant à déconstruire de nombreuses avancées sociales au profit d’une plus large flexibilité, notamment à travers le contrat à durée indéterminée à tutelle croissante (voir lettre électronique n°38).

Lettre électronique
n°39
PDF - 1.3 Mo

En effet, la CGIL a réussi à récolter près de 4,5 millions de signatures en soutien à la loi d’initiative populaire pour une Charte des Droits Universels du Travail, corpus actualisé servant à défendre les droits des travailleurs et pour l’organisation de référendums pour la suppression des vouchers favorisant le temps partiel à outrance et pour la réintroduction de la pleine responsabilité pour la passation de marchés.

Suite au succès de la campagne référendaire menée par la CGIL et à une forte mobilisation, le gouver­nement italien de Paolo Gentiloni a décidé d’abroger les deux mesures ciblées par le syndicat annulant la tenue d’un referendum initialement prévu le 28 mai et que le syndicat aurait certainement gagné.

De leur côté, les autres organi­sations syndicales italiennes UIL et CISL ne voulaient pas une abrogation totale des vouchers mais voulaient en réformer l’usage pour en limiter les abus afin de lutter notamment contre l’économie souterraine illégale italienne. Créés en 2003, ils avaient connu une croissance exponentielle suite à son extension par le Jobs Act en 2015.

Cependant, cette victoire est enta­chée par l’impossibilité de s’attaquer à la mesure la plus décriée du Jobs Act, celle facilitant les licenciements injustifiés, suite à la décision de la Cour Constitutionnelle italienne du 11 janvier 2017 qui exclut la tenue d’un référendum abrogatif sur cette disposition.

Bien qu’ayant obtenu gain de cause sur ces deux mesures décriées du Jobs Act, la CGIL continue sa cam­pagne – notamment afin d’obtenir une Charte des Droits Universel du Travail pour tous les travailleurs en Italie et reste tout de même vigilante. Il s’agit d’un beau succès pour les travailleurs italiens italiens, ce qui aurait été im­possible sans la mobilisation sans faille du syndicat italien.

Pour Force Ouvrière, ce succès illustre une véritable satura­tion des travailleurs face à ces réformes libérales du marché du travail qui, à force de flexi­-précarité, ne cessent de mettre en péril leurs droits et leur ave­nir. Ce succès rappelle également que s’organiser collectivement pour défendre ses droits per­met de mettre un coup d’arrêt à la déconstruction des avancées sociales durement acquises et ouvre la voie pour en conquérir de nouvelles.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément