Italie : grève en défense de la convention collective nationale du textile

Europe par Evelyne Salamero

Manifestation et grève du textile dans la province de Biella en Italie.

Pour la première fois depuis vingt ans, les salariés du textile en Italie se sont mis en grève vendredi 18 novembre. Les trois principales organisations syndicales (CGIL, CISL, UIL) ont appelé à reconduire le mouvement ce lundi. Objectif : obtenir le renouvellement de leur convention collective nationale, avec des augmentations de salaires.

La convention collective nationale du textile italienne est arrivée à échéance le 31 mars dernier. La négociation pour son renouvellement s’est interrompue après six mois d’un travail difficile en raison d’une position intransigeante et indisponible des entrepreneurs, dénoncent les organisations syndicales.

Des salaires parmi les plus bas du pays

Alors que les 420 000 salariés des 50 000 entreprises de l’industrie textile italienne, dont 90% sont des femmes, gagnent des salaires parmi les plus bas du pays, à savoir autour de 1 000 euros par mois, le patronat ne prévoit aucune augmentation dans les trois années à venir, a indiqué à l’AFP, Mario Siviero, secrétaire national de la fédération CISL du secteur, la FEMCA.

Les organisations syndicales revendiquent une augmentation de l’ordre de 70 à 80 euros. Cela est tout à fait envisageable pour les entreprises, le secteur ayant perdu 100 000 postes au cours des dernières années tout en voyant son chiffre d’affaires augmenter de 52 à 54 milliards, expliquent-elles.

D’autres actions au programme si nécessaire

La CGIL, la CISL et l’UIL se sont d’ores et déjà déclarées prêtes à d’autres actions si nécessaire. Elles envisagent notamment une manifestation nationale le 20 décembre et/ou des initiatives « plus visibles », à l’occasion par exemple du salon de la mode masculine de Florence, le Pitti Umo, du 10 au 13 janvier, ou de la semaine de la mode à Milan, du 22 au 28 février.

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Cambodge : Revalorisation du salaire minimum dans le textile

Emploi et Salaires

Pour les 700 000 ouvriers de l’industrie du textile et de la chaussure le salaire minimum a été fixé à 140 dollars (124 euros) par mois pour 2016, contre 128 dollars en 2015, a annoncé le ministère du Travail le 8 octobre. Cela représente une augmentation d’environ 10 % sur un an et de 40 % par rapport à (...)

Italie : rejet massif de la réforme constitutionnelle, mais pas seulement

Europe par Evelyne Salamero

Le chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, a annoncé sa démission dans la nuit de dimanche à lundi, après que 59,1% d’italiens ont rejeté la réforme de la constitution. La centrale syndicale CGIL avait appelé à voter non au référendum. Nul doute que la réforme du travail en vigueur depuis un an et demi n’a pas non plus échappé à la sanction des électeurs.

Dans un contexte aérien incertain, Air France KLM annonce des licenciements en Italie

Actualités par Chloé Bouvier, L’Info Militante

Avant même les nouvelles difficultés des compagnies de transport aérien liées à la guerre en Ukraine, comme d’autres, Air France KLM avait été mis à mal par la pandémie. Malgré les aides publiques reçues par le groupe, celui-ci a fait peser les conséquences de cette crise sur les salariés. Et cela continue. En Italie, 48 employés sur 183 sont actuellement menacés de licenciement.

Salariés du commerce exposés au poison

Communiqué de la FEC-FO - Section Fédérale du Commerce par Employés et Cadres

Encore une fois, un reportage dénonce l’utilisation de produits dangereux dans la fabrication du textile et du traitement du cuir.
Pour FO Commerce, la marchandise ne se limite pas à passer du fabricant aux consommateurs.
Une circulaire ministérielle mettait en avant des risques encourus par les (...)