ITSRA, non à la répression ! Pour l’ouverture d’une négociation !

Institut du Travail Social Région Auvergne par Action sociale

Communiqué de la Fédération Nationale de l’Action Sociale FO

La FNAS Force Ouvrière apporte tout son soutien aux étudiants, aux salariés de l’Institut du Travail Social en Région Auvergne (ITSRA), qui avec leurs organisations syndicales, FO, CGT, SUD et UNEF, sont en grève depuis le 29 septembre 2016.

Ce mouvement de grève est totalement légitime face aux méthodes inacceptables et intolérables qui ont été mises en œuvre par la direction pour tenter de faire taire les étudiants et les personnels qui avec leurs organisations syndicales revendiquent et résistent.

Dans le contexte de l’austérité budgétaire et de la contre-réforme de casse des instituts de formation et des diplômes d’État en cours, la direction soutenue par un syndicat qui conteste le droit de grève a décidé de ne pas répondre à leurs légitimes revendications.

Menaces d’exclusion, exfiltration de cours, convocation à des entretiens sans assistance au mépris du règlement intérieur, sanctions dont un licenciement en cours pourtant invalidé par l’inspection du travail, des méthodes uniquement répressives sont utilisées pour tenter de les faire plier.

La FNAS Force Ouvrière, en toute liberté et indépendance, à la veille de son XVIIe congrès, face à ce management austéritaire, exige :

 La fin de la répression sous toutes ses formes et l’abandon de toutes les poursuites et sanctions ;

 L’ouverture immédiate d’une authentique négociation pour répondre à l’ensemble des légitimes revendications ;

 Le respect de la liberté syndicale donc des instances représentatives du personnel.

Action sociale Secrétaire général

Sur le même sujet

5 décembre : mobilisation interprofessionnelle massive !

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Malgré des signaux révélateurs d’un rejet massif du régime de retraite par points, le gouvernement poursuit son projet de réforme qui aura pour conséquences de diminuer le niveau des pensions et de dégrader les droits de toutes et tous, particulièrement des plus précaires et des femmes.

36 jours sans trêve, on continue !

Communiqué intersyndical par Yves Veyrier

Une nouvelle fois, la mobilisation ce 9 janvier a été exceptionnelle par son ampleur et son caractère interprofessionnel. Elle s’inscrit dans une mobilisation lancée par la grève depuis trente-six jours partout en France.