L’éditorial du Secrétaire général de FO - FO Hebdo

J-C Mailly : « 2017, l’année des dangers ou des opportunités… »

, Jean-Claude Mailly

Recommander cette page

Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

En mandarin, « weiji » (la crise) a deux sens : danger ou opportunité ! 2017 sera effectivement l’année des dangers ou des opportunités.

De fait, les incertitudes sont nombreuses : tensions géopolitiques, terrorisme, croissance faible, niveau des taux d’intérêt, chômage, inégalités croissantes, précarité et pauvreté en font partie.

Il en est de même avec toute une série d’élections qui ont eu lieu ou vont avoir lieu : États-Unis, France, Pays-Bas, Italie, Allemagne notamment.

Dans le même temps, de plus en plus de voix s’élèvent pour condamner les politiques économiques et sociales d’austérité à l’origine de nombre de maux de l’époque.

C’est le cas au niveau européen, où les syndicats réclament la fin de l’austérité, une révision des traités, des augmentations de salaire, une relance de l’investissement public, une préservation des régimes sociaux et du service public. Ce sont aussi des économistes, de plus en plus nombreux, qui vont dans ce sens.

C’est aussi le cas au niveau du Bureau international du travail, qui met en garde contre les méfaits de la financiarisation de l’économie.

À titre d’exemple, en France la dette publique ne représentait en 1974 que 14,5 % du PIB, pour atteindre 97 % fin 2015.

Notamment parce que jusqu’en 1973 l’État pouvait emprunter sans intérêt à la Banque centrale, ce qui fut interdit et transféré aux banques. Ainsi le cumul des intérêts payés par l’État depuis 1974 représente le montant de l’accroissement de la dette !

Le BIT montre aussi très bien que sur une longue période, en France, plus la financiarisation de l’économie s’est développée, plus le chômage a augmenté (les courbes sont identiques !).

Dans un tel contexte, il est essentiel que nous maintenions nos positions. Le syndicalisme a un rôle essentiel de résistance et de propositions revendicatives. Il constitue un rempart pour la démocratie, la liberté et le progrès social.

Ceux qui nous considèrent comme archaïques sont les mêmes qui défendent le néolibéralisme et constituent, de fait, un danger.

Alors que, par nos actions, nous devons permettre de dégager des opportunités.

Bonne année revendicative et solidaire à toutes et tous.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Jean-Claude Mailly

Secrétaire général de FO


Marche générale de l’Organisation - Expression publique - Relations avec les Fédérations Nationales et les Unions Départementales - CSI/CES


Envoyer un message à Jean-Claude Mailly

Site internet : https://twitter.com/jcmailly

En complément

Newsletter - Éditoriaux

Abonnez-vous à la lettre d’information « Éditoriaux de Jean-Claude Mailly »

Éphéméride

11 décembre 1907

Procès des ouvriers de Raon-l’Étape
Au cours d’une manifestation, des grévistes réclamaient l’amélioration de leur sort ; une violente échauffourée s’ensuivit à Raon-l’Étape, en juillet 1907, qui fit trente-quatre blessés et deux morts. L’ironie de l’histoire, c’est que la justice frappa non pas le provocateur du massacre, un gendarme, mais (...)

Au cours d’une manifestation, des grévistes réclamaient l’amélioration de leur sort ; une violente échauffourée s’ensuivit à Raon-l’Étape, en juillet 1907, qui fit trente-quatre blessés et deux morts. L’ironie de l’histoire, c’est que la justice frappa non pas le provocateur du massacre, un gendarme, mais des ouvriers, parmi lesquels onze furent détenus illégalement, par prévention.
L’accusation, fondée sur des délits inventés de toute pièce, « établit la culpabilité » des grévistes. Et c’est ainsi que cinquante-deux manifestants furent condamnés à des peines diverses, allant de six jours jusqu’à dix mois de prison.
« Ce progrès, écrivit La Voix du Peuple, le journal de la CGT, était la plus odieuses des infamies ». La partialité flagrante de ce jugement souleva à l’époque, l’indignation de toute la classe ouvrière.