Éditoriaux du Secrétaire général de FO

JC Mailly : « Fidèles à ce que nous sommes, nous dirons clairement nos positions »

, Jean-Claude Mailly

Recommander cette page

Le fait d’annoncer des ordonnances sur le dossier SNCF contribue à jeter de l’huile sur le feu. À la fois, il n’y a pas urgence et il est pour le moins faux de laisser croire que le statut des cheminots est en grande partie à l’origine des problèmes de la SNCF. Si responsabilités il y a, elles sont surtout à examiner du côté européen avec l’acceptation des gouvernements de l’ouverture à la concurrence, du côté des pouvoirs publics nationaux, avec l’insuffisance des investissements, et du côté des collectivités locales qui voulaient leur gare TGV.

C’est pourquoi, tant sur la méthode que sur le fond, le dossier SNCF contribue
à accroître les tensions. Tensions qui existent déjà dans les trois versants de la fonction publique – État ; hôpital ; territoriale – en grève et manifestations le 22 mars.

Par ailleurs, pour la première fois depuis l’élection présidentielle, nous sommes signataires d’un accord interprofessionnel (sur la formation professionnelle), et nous allons pouvoir mesurer comment il est accueilli par le gouvernement.

Nous avons eu l’occasion de rappeler à ce dernier l’importance que nous accordons à la libre négociation collective à tous les niveaux et au respect de l’esprit des accords signés. Nous espérons que le bon sens l’emportera, et nous le saurons bientôt.

Fidèles à ce que nous sommes, nous dirons clairement nos positions, sans tourner autour du pot. Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement.

C’est aussi ce que nous avons fait avec les camarades FO de La Réunion pendant trois jours. L’outre-mer est partie intégrante de la République et nul ne doit l’oublier, malgré l’éloignement. L’emploi, le service public, les salaires sont aussi au cœur des revendications. 

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Éditoriaux

Abonnez-vous à la lettre d’information « Éditoriaux du Secrétaire général de FO »

Agenda

Tous les événements à venir

  • Du 14 au 25 mai

    SOS Impôts
    Nos spécialistes sont à votre disposition du 14 au 25 mai 2018 (de 9h à 12h et de 14h à 17h, lundi (...)
  • Lundi 21 mai de 18h50 à 19h00

    France Info
    Pascal Pavageau sera l’invité de Jean Leymarie pour « L’Interview éco »
  • Mardi 22 mai de 08h00 à 09h00

    Public Sénat
    Pascal Pavageau sera l’invité de l’émission « Territoires d’Infos », présenté par Cyril (...)

Éphéméride

21 mai 1825

Mort de Henri de Saint-Simon
Sociologue français, auteur d’une doctrine dans laquelle il a exposé sa théorie de la société fondée sur le travail. Selon le saint-simonisme, l’État devrait assurer à chaque individu le développement libre de ses facultés. « À chacun selon sa capacité – disait-il – à chaque capacité suivant ces œuvres ». (...)

Sociologue français, auteur d’une doctrine dans laquelle il a exposé sa théorie de la société fondée sur le travail. Selon le saint-simonisme, l’État devrait assurer à chaque individu le développement libre de ses facultés. « À chacun selon sa capacité – disait-il – à chaque capacité suivant ces œuvres ». L’association internationale des peuples mettrait fin aux luttes sociales, abolirait la propriété privée, et l’État détiendrait les richesses de la nation et distribuerait les moyens du travail suivant les nécessités et l’intelligence de chacun. Et c’est l’association qui supprimerait l’exploitation de l’homme par l’homme et instituerait la justice universelle. Dans son livre : Parabolis, il a vivement critiqué les inégalités et les contradictions de la société. Son influence sur l’évolution des idées politiques et sociologiques était indéniable au XIXe siècle.