Éditoriaux du Secrétaire général de FO

JC Mailly : « J’ai indiqué au président de la République qu’il y avait beaucoup d’inquiétude, de sentiment d’injustice et de colère sourde »

, Jean-Claude Mailly

Recommander cette page

Photographie : F. Blanc (CC BY-NC 2.0)

Lors de la rencontre entre le Président de la République j’ai eu l’occasion de rappeler nos positions sur les dossiers à venir, à savoir la formation professionnelle, l’apprentissage et l’assurance chômage.

Parmi les points que j’ai soulignés figurent notre attachement au paritarisme, notre refus de réduire les droits des demandeurs d’emploi, l’existence de droits personnels définis collectivement (et non l’individualisation) la revalorisation de la fonction de maître d’apprentissage et du statut de l’apprenti, des garanties pour l’avenir de l’AFPA.

J’ai aussi rappelé (on ne sait jamais !) notre opposition à une régionalisation de Pôle emploi qui, dixit le Président, restera un opérateur national.

Sur tous ces dossiers il s’agit du lancement de la concertation qui se poursuivra dans les semaines à venir.

J’ai aussi indiqué que sur la formation professionnelle nous voulions une négociation interprofessionnelle.

Plus généralement j’ai rappelé nos positions sur les ordonnances, évoqué la nécessité d’un véritable dialogue social au niveau de la zone euro, obtenu qu’il y ait enfin un débat sur le rôle et les missions du service public républicain et rappelé le malaise profond dans les trois fonctions publiques, y compris avec la question de la CSG.

Concernant le climat général j’ai indiqué au Président de la République qu’il y avait beaucoup d’inquiétude, de sentiment d’injustice et de colère sourde.

A suivre…

A propos de cet article

Sur l’auteur

En complément

Newsletter - Éditoriaux

Abonnez-vous à la lettre d’information « Éditoriaux du Secrétaire général de FO »

Éphéméride

19 octobre 1862

Naissance de Marcel Sembat, journaliste et orateur
Sous l’influence d’Édouard Vaillant, il entra au comité révolutionnaire central. Dans ses articles incisifs, il menait un combat ouvert et courageux pour la défense du mouvement syndical et en faveur de l’action de la vieille CGT. Il défendit Yvetot au procès de Nantes, et protesta avec énergie contre (...)

Sous l’influence d’Édouard Vaillant, il entra au comité révolutionnaire central. Dans ses articles incisifs, il menait un combat ouvert et courageux pour la défense du mouvement syndical et en faveur de l’action de la vieille CGT. Il défendit Yvetot au procès de Nantes, et protesta avec énergie contre les poursuites et les condamnations des militants syndicalistes. Il prononça à la Chambre des discours retentissants contre l’occupation illégale par la police de la Bourse du travail et à propos de l’affiche antimilitariste. Avant la première guerre mondiale, Marcel Sembat combattit la politique antiouvrière de Clemenceau. Orateur et journaliste de talent, plein de verve, il était spirituel et mordant pour la vérité et la justice. L’évolution, disait-il, se poursuivra inexorablement et amènera la transformation sociale nécessaire. Les syndicats et les coopératives sont les facteurs indispensables de ce renouveau.