Éditoriaux du Secrétaire général de FO

JC Mailly : « La liberté de négociation ne s’use que si l’on ne s’en sert pas »

, Jean-Claude Mailly

Recommander cette page

Force Ouvrière est signataire de l’accord national interprofessionnel sur la formation professionnelle négocié avec les organisations patronales.

Comme je le dis régulièrement, quand on est d’accord on signe et on défend, quand on n’est pas d’accord on ne signe pas et on combat.

Le texte auquel nous sommes parvenus est ce qu’on appelle un bon compromis. Il renforce les droits des salariés.

Par exemple, le plafond d’heures pour le CPF passe de 150 à 400 heures (550 heures pour les moins qualifiés).

Nous avons bataillé et obtenu que les droits des salariés avec le CIF soient maintenus, seule la dénomination change, le CIF s’appelant dorénavant CPF de transition professionnelle.

Des moyens financiers sont par ailleurs accordés pour l’accompagnement gratuit des salariés avec le CEP (conseil en évolution professionnelle).

L’opiniâtreté syndicale a donc pu être efficace.

Comme souvent, cet accord nécessite des modifications législatives de la responsabilité des pouvoirs publics (gouvernement et Parlement).

Force Ouvrière entend bien agir pour que le contenu de cet accord soit respecté.

Les déclarations intempestives de la ministre du Travail, parlant de « big bang » à venir, sont au mieux maladroites, au pire inacceptables.

Et qui dit big bang doit s’attendre à avoir un effet boomerang.

De tout temps, Force Ouvrière a marqué son attachement à la liberté de négociation et celle-ci ne s’use que si l’on ne s’en sert pas. 

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Éditoriaux

Abonnez-vous à la lettre d’information « Éditoriaux du Secrétaire général de FO »

Éphéméride

15 août

Aux États-Unis, le président Richard Nixon décide de supprimer la convertibilité-or du dollar. Un geste aux conséquences économiques immenses dans le monde entier. Le substrat commun de toutes les monnaies convertibles n’est plus l’or, mais le dollar. Désormais, les banques centrales continuent à (...)

Aux États-Unis, le président Richard Nixon décide de supprimer la convertibilité-or du dollar. Un geste aux conséquences économiques immenses dans le monde entier. Le substrat commun de toutes les monnaies convertibles n’est plus l’or, mais le dollar. Désormais, les banques centrales continuent à accumuler des« balances dollar »provenant de nouveaux déficits américains, l’économie américaine est totalement affranchie de toute contrainte monétaire extérieure : le dollar est en position dominante.
_