Éditoriaux de Jean-Claude Mailly

JC Mailly : « Une journée de manifestations et de grèves »

, Jean-Claude Mailly

Recommander cette page

Conformément à la résolution du Comité confédéral national de fin septembre, le Bureau confédéral a proposé une journée de mobilisation interprofessionnelle –le 16 novembre 2017– aux autres organisations syndicales de salariés, de lycéens et d’étudiants.

Un texte d’appel de plusieurs syndicats a été mis au point et adopté (« Mobilisation interprofessionnelle le 16 novembre 2017 »).

Il fait référence aux nombreuses dispositions inacceptables des ordonnances, à la question salariale et à la CSG, aux risques qui pèsent en matière de formation professionnelle ou d’Assurance chômage, aux atteintes au service public et à la protection sociale, ainsi qu’aux remises en cause des droits des jeunes, notamment pour l’entrée dans l’enseignement supérieur.

Quant aux modalités de cette journée, il s’agira de manifestations et de grèves.

Est-il besoin de le préciser ? Le Bureau confédéral respecte à la lettre le mandat donné par le CCN dans sa résolution précitée.

Il s’agit maintenant de réussir cette journée.

Parallèlement, les concertations/négociations se mettent en place sur l’apprentissage, la formation professionnelle et l’Assurance chômage. Force Ouvrière y participera en faisant valoir – ce que nous avons commencé à faire– nos positions et lignes rouges.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Jean-Claude Mailly

Secrétaire général de FO


Marche générale de l’Organisation - Expression publique - Relations avec les Fédérations Nationales et les Unions Départementales - CSI/CES


Envoyer un message à Jean-Claude Mailly

Site internet : https://twitter.com/jcmailly

Sur le même sujet

Vidéos sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Newsletter - Éditoriaux

Abonnez-vous à la lettre d’information « Éditoriaux de Jean-Claude Mailly »

Éphéméride

22 novembre 1852

En France, un plébiscite approuve le sénatus-consulte qui rétablit la dignité impériale. L’Empire est officiellement restauré, mais c’est le coup d’État du 2 décembre 1851 qui avait tué la deuxième République.